Le jeu de la guerre
Le jeu de la guerre
Le jeu de la guerre - Katia Porro
Le jeu de la guerre - Katia Porro
Le jeu de la guerre - Katia Porro
Publicité
Résumé

Dès les premiers textes de l'internationale situationniste, jusque dans ses derniers textes, Guy Debord s'est intéressé à la guerre : non pas pour justifier les conflits armés absurdes de son temps mais pour détourner les théories militaires, et en faire un jeu.

avec :

Emmanuel Guy (préhistorien et historien de l'art.).

En savoir plus

Ne pourrait-on pas imaginer que toute la vie est prise dans des rapports de force et des relations stratégiques ?

Dès les premiers textes de l'internationale situationniste, jusque dans ses derniers textes, Guy Debord s'est intéressé à la guerre : non pas pour justifier les conflits armés absurdes de son temps mais pour détourner les théories militaires, et en faire un jeu. Le jeu de la guerre est finalement une représentation de la vie toute entière, qu'il faut considérer comme un jeu aux règles stratégiques.

Publicité

Emmanuel Guy nous invite au cours de cette émission à comprendre que la stratégie est une manière de penser la théorie à l'intérieur même d'une pratique, et que cette pratique n'est pas autre chose que notre vie ordinaire.

<strong>Textes:</strong>

Guy Debord, Panégyrique, tome premier, in Œuvres, Gallimard, Quarto, 2006, p. 1679

« Je me suis beaucoup intéressé à la guerre, aux théoriciens de la stratégie, mais aussi aux souvenirs des batailles, ou de tant d’autres déchirements que l’histoire mentionne, remous de la surface du fleuve où s’écoule le temps. Je n’ignore pas que la guerre est le domaine du danger et de la déception ; plus même peut-être que les autres côtés de la vie. Cette considération n’a pourtant pas diminué l’attirance que j’ai ressentie pour ce côté-là.

J’ai donc étudié la logique de la guerre. J’ai d’ailleurs réussi, il y a déjà longtemps, à faire apparaître l’essentiel de ses mouvements sur un échiquier assez simple : les forces qui s’affrontent, et les nécessités contradictoires qui s’imposent aux opérations de chacun des deux partis. J’ai joué à ce jeu et, dans la conduite souvent difficile de ma vie, j’en ai utilisé quelques enseignements – pour cette vie, j’avais aussi fixé moi-même une règle du jeu ; et je l’ai suivie. Les surprises de ce Kriegspiel paraissent inépuisables ; et c’est peut-être la seule de mes œuvres, je le crains, à laquelle on osera reconnaître quelque valeur. Sur la question de savoir si j’ai fait bon usage de tels enseignements, je laisserai d’autres conclure. »

- Guy Debord, « Projet pour un labyrinthe éducatif », 8 décembre 1956, in Œuvres, Gallimard, Quarto, 2006, p. 284.

- Guy Debord, « Notes sur le poker » in Œuvres, Gallimard, Quarto, 2006, pp. 1790-1791.

Extraits:

- Barry Lyndon, Kubrick, 1976

- La Guerre des boutons, Yann Samuell, 2011

<strong>Références musicales:</strong>

- Poker, Charles Aznavour

- Barricades mystérieuses, Couperin

Emmanuel Guy
Emmanuel Guy
© Radio France - Marie Aubert
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Livia Garrigue
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration