Mike Petrucci
Mike Petrucci
Mike Petrucci - Unsplash
Mike Petrucci - Unsplash
Mike Petrucci - Unsplash
Publicité
Résumé

Quand le monde nous donne les meilleures raisons de désespérer, l'émerveillé fait figure d'insolent. Le cynique se moque de sa naïveté, mais se demande aussi quel genre de regard peut lui permettre de s'émerveiller ainsi face à ce qui, lui, l'angoisse.

En savoir plus

L'émerveillement est-il une faculté ou une disposition ? Peut-on choisir de s'émerveiller ou est-ce l'émerveillement qui vient à nous ? Comment et face à quoi peut-on s'émerveiller ? Qu'est-ce qui vous émerveille ?

L’émerveillement a le goût du superlatif et la fraîcheur d'une première fois, la candeur de l'enfance et la sagesse de celui qui ne s'ennuie pas quand il imagine. Son expérience est plus intense que celle de l'étonnement, mais il n'aspire pas à l’absolu comme la béatitude. L'émerveillement est humain, alors même que dans le merveilleux on côtoie des anges, des lièvres de Mars qui boivent le thé et des hobbits aux pieds poilus. 

Publicité

Du sérieux de l'émerveillement

Michaël Edwards, poète et membre de l'Académie française, auteur de l'essai De l'émerveillement (Fayard, 2008), défend le sérieux du merveilleux. Selon lui, l’émerveillement est bien plus qu'une émotion passagère et enfantine, c'est un véritable rapport au monde. Le propre de l'émerveillement est en effet d'induire un questionnement, qui interroge l'inconnu. C'est ce qui fait de lui le premier pas de la connaissance.

Edwards va encore plus loin, refusant de cantonner l'émerveillement au début du savoir, comme il refuse de le cantonner au début de la vie : bien loin de l'idée selon laquelle on passerait d'un émerveillement naïf à une connaissance du monde le rendant terne, il considère lui que l'enchantement augmente avec la connaissance.

L’émerveillement me semble être une façon de connaître le monde absolument essentielle lorsque l'on suppose que nos facultés - raison et sens - n'épuisent pas le possible. Le vrai émerveillé, le ravi, le vrai savant, est celui qui est capable de transformer émerveillement de l’enfant, qui est aussi un émerveillement enfantin, en un émerveillement adulte, qui va au-delà de la raison et des sens. 

34 min

Un appel à l'émerveillement du quotidien 

On peut s'émerveiller de tout. En tant que manière d'interroger ce qui nous entoure, l'émerveillement peut et doit selon Michaël Edwards faire partie de notre vie quotidienne : 

Le quotidien, c'est notre vie. Or, notre vie est étrange. Et c'est en sondant l'étrangeté de notre familier que l'on comprend qu'il doit y avoir une explication à cela. 

Edwards nous appelle ainsi à être attentif à l'autre, à l'étrange, et à nous émerveiller sans cesse. Certes, l'émerveillement ne se contrôle pas : son propre est précisément de nous saisir soudainement. Mais il n'en reste pas moins qu'il faut une certaine disposition d'esprit pour être capable de s'émerveiller. On peut être conscient de cette disposition, et choisir volontairement de se faire celui qui est prêt à s'émerveiller, celui qui cherche à s'ouvrir à l'émerveillement. 

54 min

Deux registres de merveilleux

S'il appelle à un émerveillement quotidien, Michaël Edwards nous met cependant en garde contre une mauvaise forme d'émerveillement, qui serait seulement mimétique : au lieu de nous faire vivre une expérience authentique, cet émerveillement-là consiste à prendre pour acquis un discours extérieur qui informe et modèle notre vision du monde (par exemple lorsque l'on s'extasie devant la Joconde uniquement parce que l'on sait que c'est un chef-d'oeuvre devant lequel on "doit" s'émerveiller). 

Edwards tient par ailleurs à souligner le fait que l'émerveillement n'est pas la béatitude. Il peut bien sûr conduire au bonheur, mais aussi au trouble, voire à l'inquiétude. L'émerveillement n'est pas par essence agréable, il peut passer par un vertige, un effroi. C'est d'ailleurs là que l'émerveillement prend véritablement une dimension existentielle. 

Lectures et extraits sonores :

  • Aristote, La Métaphysique
  • Horace, Épîtres.
  • Sacha Guitry sur la Joconde.
  • Pascal, Pensées
  • Gene Kelly, Wonderful and marvelous
Références

L'équipe

Philippe Petit
Production
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
François Caunac
Réalisation
Geneviève Méric
Collaboration
Tristan Ghrenassia
Collaboration