La source arabe, 4/5 : Al Ghazali (1058 - 1111)

France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Ali Benmakhlouf professeur de philosophie à l'université Paris Est Créteil et membre senior de l'Institut universitaire de France, membre titulaire de l’Académie Nationale de Pharmacie

Contre le jugement hâtif de Renan qui moquait "l'absence d'originalité de la philosophie arabe", la semaine que les NCC consacrent aux philosophes arabes médiévaux (du IX au XII siècle, d'Al Kindi jusqu'à Averroès) veut manifester l'irréductibilité de la pensée arabe au simple commentaire de Platon et Aristote, auquel on l'a trop longtemps réduite. Car en mêlant le Coran à l'exégèse des premiers hérauts de la métaphysique, la philosophie arabe ouvre des perspectives inattendues : Descartes est en germe (à la lettre près) dans les textes d'Avicenne, Averroès propose une lecture des textes sacrés qui n'est pas sans rappeler l'herméneutique de Spinoza, Al Ghazali préfigure la différence pascalienne entre le coeur et la raison... Autant d'exemples, parmi d'autres, de la fécondité d'une pensée protéiforme, subtile, dont Ali Benmakhlouf nous livre les détails...

L'équipe