Le populisme est-il inévitable ? : épisode 1/5 du podcast L’année vue par la philosophie

Discours en aout 1951 d'Eva Peron à Buenos Aires
Discours en aout 1951 d'Eva Peron à Buenos Aires ©Getty - Hulton Archive / Intermittent
Discours en aout 1951 d'Eva Peron à Buenos Aires ©Getty - Hulton Archive / Intermittent
Discours en aout 1951 d'Eva Peron à Buenos Aires ©Getty - Hulton Archive / Intermittent
Publicité

Le populisme est une idée paradoxale : injure portée principalement à l'encontre des mouvements néo-conservateurs, il désigne ces partis politiques qui souhaitent incarner la Vox Populi et qui gardent une méfiance extrême à l'encontre des journalistes.

Avec
  • Raphaël Enthoven Philosophe.
  • Chantal Delsol philosophe, romancière, éditorialiste, professeure émérite de philosophie politique et membre de l’Institut, Académie des Sciences morales et politiques
  • Marc Crépon directeur de recherche à l'Université Paris Sorbonne et directeur du département de philosophie à l'École normale supérieure

Mais peut-on vraiment parler au nom du peuple et défendre ses intérêts lorsqu'on appartient à une forme d'élite intellectuelle ou politique ? Le populisme représente un risque pour la démocratie, mais il existe grâce à la liberté d'expression et aux représentations politiques plurielles qui sont l'apanage des démocraties elles-mêmes. Est-ce à dire que le populisme est le miroir de la démocratie? N'est-il pas dangereux de réduire le peuple à un discours unifié et homogène ?

Afin d'éviter ce danger, ce seront donc des voix multiples, celles de Chantal Delsol, de Marc Crépon et de Raphaël Enthoven, qui prendront la parole au cours d'un débat pour nous permettre d'éclaircir ces problèmes.

Publicité

En co-production avec LA SORBONNE

.
.

En partenariat avec philosophie Magazine et le journal La Croix

.
.
.
.

Avec le soutien de CHANCELLERIE

.
.

L'équipe