"Léon Tolstoï à Iasnaïa Poliana", 1908, premier portrait photographique en couleur en Russie
"Léon Tolstoï à Iasnaïa Poliana", 1908, premier portrait photographique en couleur en Russie - Wikicommons
"Léon Tolstoï à Iasnaïa Poliana", 1908, premier portrait photographique en couleur en Russie - Wikicommons
"Léon Tolstoï à Iasnaïa Poliana", 1908, premier portrait photographique en couleur en Russie - Wikicommons
Publicité

Pour Tolstoï, ce sont les foules qui font l'histoire, non les grands hommes, et c'est cette philosophie qui est au coeur de "Guerre et paix", deux mille pages écrites entre 1865 et 1869. L'écrivain est-il le seul à pouvoir retranscrire la guerre avec justesse ?

Avec
  • Luba Jurgenson professeur de littérature russe à l'Université Paris-Sorbonne et écrivain

"Je suis tout pénétré de la joie qui vient de s'emparer de moi : écrire l'histoire d'Alexandre et de Napoléon du point de vue psychologique" écrit Tolstoï en 1865.
Guerre et paix comporte environ 500 personnages, et Tolstoï disait que ce n'était ni un roman, ni un poème, encore moins une chronique historique.
Alors pourquoi est-il particulièrement lu en Russie en temps de guerre ? Et comment la guerre conduit-elle aux crises existentielles chez Tolstoï ?

L'invitée du jour :

Luba Jurgenson, écrivain, traductrice, professeure de littérature russe à Sorbonne Université

Publicité

Tolstoï le phénoménologue

"On peut parler d'une phénoménologie tolstoïenne parce que la perception joue un très grand rôle dans son oeuvre, cette approche du détail va le conduire à élaborer un de ses procédés qui ont le plus fait couler d'encre au sein de la critique formaliste, notamment, à savoir ce qu'on appelle la dé-familiarisation, c'est-à-dire cette perception d'un détail qui, soudain, est vu comme comme si on voyait le monde pour la première fois. Il y a là une forme de réduction phénoménologique chez Tolstoï, qui est extrêmement intéressante et qui commence à s'élaborer dans "Les récits de Sébastopol" et qui va trouver sa pleine expression dans "Guerre et paix", et qu'on va retrouver plus tard dans une de ses dernières œuvres sur la guerre."
Luba Jurgenson

Sons diffusés :

  • Enregistrement de Tolstoï en Français datant de 1908
  • Musique de Martin Phipps, Before thy cross
  • Guerre et paix, mini-série réalisée par Tom Harper, BBC One, 2016, épisode 1
  • Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix, Livre premier, Deuxième partie, chapitre 8, traduction de Boris de Schloezer, lecture par Denis Podalydès (Martin Phipps, Society)
  • Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix, Livre premier, Deuxième partie, chapitre 19, traduction de Boris de Schloezer, lecture par Denis Podalydès
  • Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix, Livre premier, Troisième partie, chapitre 16, traduction de Boris de Schloezer, lecture par Denis Podalydès (Martin Phipps, Blood on white)
  • Archive de Vladimir Jankélévitch du 16 octobre 1957, dans Connaissance de l'homme, RTF
  • Guerre et paix, mini-série réalisée par Tom Harper, BBC One, 2016, épisode 3
  • Archive de Jean-Paul Kauffmann, 16 octobre 2010, dans L’atelier, France Inter
  • Musique de fin : Prokofiev, Guerre et paix (Acte 1) avec Anna Netrebko, Dmitri Hvorostovsky et Ekaterina Semenchuk
59 min

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration