Qu’est-ce qu’un déchet ?
Qu’est-ce qu’un déchet ? ©Getty - Philipp Igumnov
Qu’est-ce qu’un déchet ? ©Getty - Philipp Igumnov
Qu’est-ce qu’un déchet ? ©Getty - Philipp Igumnov
Publicité

Comment expliquer une telle présence des déchets mais une telle absence de réflexion sur ceux-ci ? Comment le déchet nous permet-il de comprendre la place des objets dans nos vies ? Faut-il remettre en question la pensée de Platon, comme l'a fait le philosophe Dagognet : l'objet a-t-il une essence ?

Avec
  • Jeanne Guien chercheuse, spécialiste de l’histoire de l’obsolescence et du consumérisme

Quel est le mode d'existence des déchets ? Quelle est leur consistance dès lors qu'on accepte de les considérer ? Leur consistance n'est-elle qu'altération et pourrissement ? Leur essence est-elle véritablement de ne pas être ?

L'invitée du jour :

Jeanne Guien, chercheuse, spécialiste de l’histoire de l’obsolescence et du consumérisme

Publicité

Réhabiliter l'abject

"Les objets détruits ont pour moi encore plus d'importance que les objets neufs. Diderot lui-même aimait sa vieille robe de chambre qui était élimée, rapiécée, parce qu'elle était lui. Il s'était incrusté en elle. Il y avait une familiarité entre elle et lui. L'objet, quand il a fonctionné et qu'il est un petit peu défraîchi, a encore plus de sens que quand il est neuf ou il n'appartient à personne. Ce que j'aime, c'est la relation entre le moi et la chose, car l'abject, le démoli, le fermenté, je pense que ce sont des choses qui ne méritent pas le discrédit culturel, ni même matériel."
François Dagognet, dans À voix nue, France Culture, 22 septembre 1998

Nos objets = notre monde

"Même lorsqu'ils sont des outils, les objets sont aussi autre chose. Ce n'est pas pour rien qu'on aime nos objets. Ils font partie d'un ordre du monde que j'instaure en faisant le ménage chez moi, en meublant etc. Les objets ont une présence au-delà de leur utilisation et c'est aussi ce qui les définit, par la présence à un sujet, c'est pour ça qu'ils ont du sens, qu'on peut s'y attacher et qu'au contraire, ils peuvent nous dégoûter, nous énerver, nous embêter, ils sont d'abord une présence autour de nous. Les choisir, les entretenir, les déplacer et les avoir autour de soi ou au contraire, les jeter, les écarter, les détruire, c'est aussi constituer un monde. Et ça, c'est une activité humaine, existentielle par définition, fabriquer un monde."
Jeanne Guien

Textes lus par Hélène Lausseur :

  • François Dagognet, Des détritus, du déchet, de l’abject : une philosophie écologique, éditions Les empêcheurs de penser en rond, 1997, page 11 (avec une musique de Tangents, Chimera)
  • Mary Douglas, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, éditions La découverte, 2001, page 55
  • Italo Calvino, La Poubelle agréée, dans La Route de San Giovanni, éditions Seuil, 1991, page 131 (avec une musique de Rohrer, Plane_waves

Sons diffusés :

  • Mix d'ouverture par Nicolas Berger avec : extrait du film Le Corniaud, de Gérard Oury (1965) ; À bout de souffle, un film de Jean-Luc Godard (1960) ; Le père Noël est une ordure, un film de Jean-Marie Poiré (1982), archive de Francis Perrin, physicien français, 6 mars 1956, chanson du groupe Les Vampires, La Terre est une poubelle
  • Archive de François Dagognet, À voix nue, France Culture, 22 septembre 1998
  • Platon, Parménide, traduction Emile Chambry, lecture de Bernard Gabay
  • Archive de la collectionneuse Muriel, 2 janvier 2005, Interception, France Inter 
  • Archive de Daniel, chiffonnier, 22 février 1994, Nuits magnétiques, France Culture 
  • Chanson de fin : Gilles, Poubelles

L'équipe

Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Carla Michel
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration