Lila Bouadma en 2020
Lila Bouadma en 2020 ©AFP - Martin Bureau
Lila Bouadma en 2020 ©AFP - Martin Bureau
Lila Bouadma en 2020 ©AFP - Martin Bureau
Publicité

Qu’est-ce que le métier de réanimateur ? "Réanimer" un corps, est-ce sauver ou accompagner ? Comment parler de la mort à l'hôpital ? Quelles sont les inégalités auxquelles font face les femmes dans le métier de soignant ? Quelle place doit jouer l'hôpital au sein de la société ?

Avec

L'invitée du jour :

Lila Bouadma, réanimatrice à l'Hôpital Bichat à Paris

La mort au quotidien

La mort c’est le quotidien d’un réanimateur. Dans un service comme le mien, qui compte 26 lits, 20 à 25% des patients vont décéder, c’est beaucoup plus que dans un service hospitalier commun. Aujourd’hui la plupart des patients décèdent à l’hôpital si bien que les familles n’ont jamais vu un mort… Quand on est médecin, on a appris à avoir une certaine distance avec ce qui se passe dans les services, c’est nécessaire.    
Lila Bouadma

Publicité

La réanimation, aller vite

Je suis interniste de formation, ensuite on avait une spécialité complémentaire qui était la réanimation, mais je savais d’emblée que je voulais faire de la réanimation. J’avais envie d’avoir une vision large, une vision d’urgence, technique. Ça m’attirait que les choses aillent vite, c’est dans mon tempérament.    
Lila Bouadma

Accompagner les familles

Je ne fuis pas la mort, je pense qu’on peut vraiment accompagner les malades, mais dans le service de réanimation, c’est davantage les familles que nous accompagnons parce que les malades, quand ils vont décéder, souvent sont inconscients. Dans mon cursus de médecin, c’est ce qui m’intéresse le plus aujourd’hui, m’interpelle le plus. Je n’avais pas du tout pensé à ça quand j’ai fait médecine, je ne savais pas du tout ce qu’était le métier de médecin finalement.    
Lila Bouadma

Reconsidérer le métier de soignante

Avec la crise sanitaire, les politiques, les journalistes, ont dit : pourquoi vous n’augmentez pas les lits de réanimation et le personnel qui va avec ? Entre guillemets, des femmes, comme si on pouvait prendre n’importe quelle femme pour la mettre derrière un patient de réanimation. C’est totalement faux, ça vient de l’idée que les femmes prennent en charge les enfants, les malades, que c’est inné. On a effacé l’idée que c’est un travail extrêmement dur, avec beaucoup de responsabilité, très technique. Et je pense que c’est parce que ce sont des femmes qui le font qu’on peut dire des choses comme celles-là, qu’on ne le ferait pas avec des hommes, je trouve cela extrêmement révélateur de la façon dont on considère nos soignantes aujourd’hui, interchangeables, remplaçables, comme si il était possible de trouver par dizaine de milliers de soignantes pour faire des lits de réanimation : c’est une ignorance totale de ce qui se passe dans un service de soin.    
Lila Bouadma

Sons diffusés : 

  • Extrait de la série Hippocrate, de Thomas Litli, 2018, Saison 1, Episode 7
  • Archive de Simone de Beauvoir, dans Questionnaire, émission de télévision, 6 avril 1975
  • Archive de Michel Foucault, dans Recherche de notre temps, RTF, 9 avril 1963
  • Chanson de fin : Barbara, Mon enfance

Les trois livres de chevet de Lila Bouadma :

  • Mémoires d'Hadrien, de Marguerite Yourcenar
  • Mémoires d'une jeune fille rangée, de Simone de Beauvoir
  • Tistou les pouces verts, de Maurice Druon
À réécouter : La pudeur sous perfusion
Les Chemins de la philosophie
58 min

L'équipe