Cesar Borgia en discussion avec Machiavel (à droite habillé en rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secretaire Don Micheletto Corella. Auteur inconnu, peinture du XVIeme siecle
Cesar Borgia en discussion avec Machiavel (à droite habillé en rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secretaire Don Micheletto Corella. Auteur inconnu, peinture du XVIeme siecle
Cesar Borgia en discussion avec Machiavel (à droite habillé en rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secretaire Don Micheletto Corella. Auteur inconnu, peinture du XVIeme siecle ©AFP - Electa/Leemage
Cesar Borgia en discussion avec Machiavel (à droite habillé en rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secretaire Don Micheletto Corella. Auteur inconnu, peinture du XVIeme siecle ©AFP - Electa/Leemage
Cesar Borgia en discussion avec Machiavel (à droite habillé en rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secretaire Don Micheletto Corella. Auteur inconnu, peinture du XVIeme siecle ©AFP - Electa/Leemage
Publicité
Résumé

Deuxième volet d'une série de quatre émissions consacrées à l'oeuvre de Paul Ricoeur. Adèle Van Reeth nous propose de comprendre le paradoxe du politique développé dans l'oeuvre de l'auteur avec Myriam Revault d'Allonnes.

avec :

Myriam Revault d'Allonnes (Philosophe, chercheure associée au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po) et professeure émérite des universités à l'École pratique des hautes études.).

En savoir plus

Après François Dosse venu hier nous conter les chemins multiples empruntés au cours de sa vie, avant Johan Michel qui nous présentera demain son anthroplogie philosophique, et Michaël Foessel qui viendra vivifier les métaphores jeudi, nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Myriam Revault d’Allones pour évoquer les paradoxes du politique.

Myriam Revault d’Allones décrypte la position de Paul Ricœur par rapport à l'action politique et au pouvoir politique.

Publicité

Il y a, dit Ricœur, une violence des fondateurs d'empires [...] et il y une violence qui est inhérente au fait que le pouvoir, bien qu'il ne se réduise pas à la domination, comporte un élément de domination, d’assujettissement, de rapport entre celui qui commande et celui qui obéit. Ce qui amènera Ricœur à insister sur le fait extrêmement important que même une politique démocratique, même un pouvoir démocratique n'est pas exempt de violence. Myriam Revault d’Allones

La philosophe développe le concept du mal en politique chez Ricœur en se référant à Kant et à Hannah Arendt. Elle évoque "la grandeur fragile du politique" présente chez Ricœur.

[Pour Ricœur] la politique ce n'est pas le mal, en aucun cas ce n'est le mal mais la politique c'est peut-être l'une des occasions privilégiées pour l'homme de faire le mal, d'exercer la violence à l'égard de l'autre et aussi de construire des systèmes totalisants. Myriam Revault d’Allones

Myriam revault d'Allonnes
Myriam revault d'Allonnes
© Radio France - MC

Références musicales:

  • Erik Satie, Les trois valses distinguées du précieux dégouté
  • Chanson plus bifluorée, L'Internationale
  • The Byrdss, I wanna grow up to be a politician

Extraits:

  • entretien avec Paul Ricoeur ( France Culture, émission Staccato , 20/01/1998)
  • A voix nue: Paul Ricoeur (France Culture, 13/09/1993)
  • Paul Ricoeur dans l'émission Les bons plaisirs du 09/03/1985)
  • *Hannah Arendt * dans l'émission Uncertain regard du 06/07/1974)

Retrouver toutes les informations concernant les Colloques du Centenaire Paul Ricœur du 18 au 23 Novembre 2013 et les manifestations autour de Paul Ricoeur à l'adresse suivante: http://www.fondsricoeur.fr

Les "2 minutes papillon" de Géraldine Mosna-Savoye : à propos de la parution l'ouvrage de *Christophe Bouriau * *Schopenhauer * ( Belles lettres)

  • Par Adèle Van Reeth
  • Réalisation : Mydia Portis-Guérin
  • Lectures : Jean-Louis Jacopin
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Jean Danielou
Collaboration
Marianne Chassort
Collaboration
Olivier Guérin
Réalisation
Mathilde Wagman
Collaboration