Félix Guattari chez lui le 15 juin 1987 à Paris
Félix Guattari chez lui le 15 juin 1987 à Paris
Félix Guattari chez lui le 15 juin 1987 à Paris ©Getty - François LOCHON/Gamma-Rapho
Félix Guattari chez lui le 15 juin 1987 à Paris ©Getty - François LOCHON/Gamma-Rapho
Félix Guattari chez lui le 15 juin 1987 à Paris ©Getty - François LOCHON/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Qui est Félix Guattari, celui qui, avec le philosophe Gilles Deleuze, remet en cause l'enseignement freudien dans le livre "L’Anti-Œdipe", publié en 1972 ? Croyaient-ils au bien-fondé de la psychanalyse ? Comment ont-ils pensé ensemble l'élaboration d'un "inconscient machinique" ?

avec :

Valentin Schaepelynck (maître de conférences au département de sciences de l'éducation de Paris 8, membre du collectif de la revue deleuzo-guattarienne Chimères).

En savoir plus

L'invité du jour :

Valentin Schaepelynck, maître de conférences au département de sciences de l'éducation de Paris 8, membre du collectif de la revue deleuzo-guattarienne Chimères

Guattari croyait-il au bien-fondé de la psychanalyse ?

À cause de son travail avec Gilles Deleuze et la publication de leur livre "L’Anti-Œdipe" en 1972, qui développe tout un rapport critique à la psychanalyse, on a eu tendance à enfermer Guattari dans une posture primairement anti-psychanalytique, et c’est faux. Ils essaient de porter la psychanalyse au-delà des espaces dans lesquels elle a pu elle-même s’enfermer. Il faut souligner que Guattari a eu une pratique de psychanalyse qui n’a jamais cessé. Dès les années 50, il a fait partie d’une des expériences les plus fortes et les plus intéressantes de la critique et de la transformation radicale de la psychiatrie qui a été la psychothérapie institutionnelle, qui est allée chercher à la fois dans la psychanalyse et dans le marxisme, des outils pour critiquer mais aussi transformer de l’intérieur l’asile.  
Valentin Schaepelynck

Publicité

Soigner l’institution

C’était le mot d’ordre d’un médecin allemand, Hermann Simon, dans les années 30 : pour soigner, il faut d’abord soigner l’institution de soin. Comment faire vivre une institution au quotidien ? C’est le travail de la psychothérapie institutionnelle, faire en sorte que le quotidien des malades et des soignants soit au centre. Il a fallu élaborer des dispositifs collectifs où le clivage entre soignants et soignés est remis en question… On peut parler de désessentialisation, qui passe par une pratique de la relation. C’est la relation qui soigne.  
Valentin Schaepelynck

Textes lus par Hélène Lausseur :

  • Extrait de La petite Borde, d'Emmanuelle Guattari, éditions Mercure de France, 2012 (avec une musique de Béla Bartók, En plein air, quatre musiques nocturnes)
  • Extrait de L'Anti-Oedipe, capitalisme et schizophrénie, de Gilles Deleuze et Félix Guattari, éditions de Minuit, 1972 (avec une musique de Autechre, Tewe)

Sons diffusés :

  • Extrait du film Paris, de Cédric Klapisch, 2008
  • Chanson des Ramones, Gimme Gimme Shock Treatment
  • Archive de Félix Guattari sur l'analyse institutionnelle, Médecine en miroir, France Culture, 08/05/1973
  • Extrait du film 1900, de Bernardo Bertolucci, 1976
  • Archive de Félix Guattari sur le fascisme, Court-circuit, France Culture, 21/05/1974
  • Archive de Félix Guattari sur la bizarrerie de l'existence, Du ça dans le pastis, France Culture, 23/08/1990
  • Archive Radio Tomate, 19/01/1982
  • Chanson de fin : Wesley Willis, Chronic schizophrenia
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Manon de La Selle
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration