Paolo and Francesca, les amants maudits de l'Enfer de Dante, illustration de Gustave Doré
Paolo and Francesca, les amants maudits de l'Enfer de Dante, illustration de Gustave Doré
Paolo and Francesca, les amants maudits de l'Enfer de Dante, illustration de Gustave Doré ©Getty - THEPALMER
Paolo and Francesca, les amants maudits de l'Enfer de Dante, illustration de Gustave Doré ©Getty - THEPALMER
Paolo and Francesca, les amants maudits de l'Enfer de Dante, illustration de Gustave Doré ©Getty - THEPALMER
Publicité
Résumé

Nous poursuivons notre voyage dans l'Enfer de Dante, et les portes s'ouvrent grandes... Pourquoi y rencontre-t-on des amoureux ? Quel crime ont-ils commis ? Est-on responsable de l'amour porté à autrui ? Ou victime d'une passion qui dépasse et dévore ?

avec :

Danièle Robert (écrivaine et traductrice).

En savoir plus

L'invitée du jour :

Danièle Robert, écrivain, critique et traductrice littéraire, membre de la Société Dantesque de France, Danièle Robert a traduit La Divine Comédie aux éditions Actes Sud

Le souffle infernal de l'Enfer

"Ce souffle infernal vient du fond de la terre, où se trouve Lucifer qui agite ses ailes monumentales, et qui fait tournoyer ce vent jusqu'au deuxième cercle. C'est un souffle qui va en s'affaiblissant au fur et à mesure qu'il monte, mais qui, tout de même, entraîne les damnés. Il a un rôle très important. Ces damnés, qui sont des concupiscents, ceux qui ont commis le péché de chair, se sont laissés aller à oublier la raison au profit de leurs appétits, de leurs penchants, de leurs instincts, et ils sont entraînés (comme ils ont été entraînés par leurs instincts) par le vent, ballottés de ci de là." Danièle Robert

Publicité

Pas le temps de se repentir ? Direction l'Enfer !

"Le couple Paolo et Francesca a réellement existé dans les années qui ont un peu précédé l'action de la Divine Comédie, 1300. Un seigneur de Ravenne épouse la jeune Francesca, qui tombe amoureuse du frère de son mari. Il les surprend et les assassinent tous les deux. N'ayant pas eu le temps de se repentir de leur faute, puisque tués de façon violente et inattendue, Paolo et Francesca se retrouvent en Enfer. C'est ça la condition des damnés pour Dante : en Enfer, il n'y a que des gens qui ont péché, quelquefois pas très gravement, mais qui ne se sont pas repentis, volontairement ou non."
Danièle Robert

Et le libre arbitre ?

"Paolo et Francesca ne sont pas complètement responsables, mais le sont quand même en vertu du libre arbitre. La grande idée que Dante exprime tout au long de la "Divine Comédie", c'est le libre arbitre, qu'il emprunte d'ailleurs à saint Thomas d'Aquin et saint Augustin. L'homme a toujours la possibilité de faire d'abord triompher la raison plutôt que ses instincts. Alors, s'il n'utilise pas cette possibilité, il est puni." Danièle Robert

"Le Baiser" de Rodin, vers 1881-1882
"Le Baiser" de Rodin, vers 1881-1882
- wikicommons (auteur Tylwyth Eldar)

Textes lus par Bernard Gabay :

  • Dante Alighieri, La Divine Comédie, L'Enfer, Chant V (vers 1-15), traduction de Danièle Robert, éditions Actes Sud, page 77 
  • Dante Alighieri, La Divine Comédie, L'Enfer, Chant V (vers 100-142), traduction de Danièle Robert, éditions Actes Sud, pages 85-87 

Sons diffusés :

  • Extrait du film Sans plus attendre, de Rob Reiner, 2007
  • Chanson de Billie Eilish, All the good girls go to hell
  • Archive de Jacqueline Risset, dans Carnet nomade, France Culture, le 9 janvier 2011
  • Adèle van Reeth lit un extrait de La Divine Comédie, L'Enfer, Chant V
  • Archive de Philippe Sollers, dans Un homme, une ville, France Culture, le 23 août 1978
  • Musique de fin : Opéra Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, extrait fin de l’acte IV, scène 4, direction Bernard Haitink, en mars 2000 au Théâtre des Champs Elysées 
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Manon de La Selle
Collaboration
Laurence Malonda
Réalisation
Carla Michel
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration
Jules Barbier
Collaboration