Où en est la théorie critique aujourd’hui ? : épisode 4/4 du podcast L’École de Francfort

La théorie critique peut-elle nous permettre d’appréhender les événements du monde contemporain ? Ici, un discours d’Alexis Tsipras, Premier ministre grec et chef du parti Syriza, avant les élections législatives en Grèce (5/07/2019)
La théorie critique peut-elle nous permettre d’appréhender les événements du monde contemporain ? Ici, un discours d’Alexis Tsipras, Premier ministre grec et chef du parti Syriza, avant les élections législatives en Grèce (5/07/2019) ©Getty - picture alliance
La théorie critique peut-elle nous permettre d’appréhender les événements du monde contemporain ? Ici, un discours d’Alexis Tsipras, Premier ministre grec et chef du parti Syriza, avant les élections législatives en Grèce (5/07/2019) ©Getty - picture alliance
La théorie critique peut-elle nous permettre d’appréhender les événements du monde contemporain ? Ici, un discours d’Alexis Tsipras, Premier ministre grec et chef du parti Syriza, avant les élections législatives en Grèce (5/07/2019) ©Getty - picture alliance
Publicité

La théorie critique pensée par les membres de l’École de Francfort dans les années 20 peut-elle encore répondre aux mouvements contemporains qui agitent le monde ? Qui l’incarne aujourd’hui ? Et à quoi peut-elle servir ?

Avec

Le rôle d'un intellectuel est-il de critiquer ? De critiquer qui, quoi, et comment ? Et quelle est la meilleure critique : celle qui consiste à remonter ses manches et à diffuser sa pensée directement dans l'arène ? Ou celle qui invite au temps long du retrait qui permet de produire des interventions plus précises et plus aiguisées ?

L'invité du jour :

Stathis Kouvélakis, enseignant en philosophie au King’s College de Londres

Publicité

Produire une critique 

Si un intellectuel ne critique pas, qu’est-ce qu’il fait ? En gros il est conseiller du prince, ou bien il est expert, donc au service d’une institution étatique. Le rôle d’un certain type d’intellectuel, celui qui prend au sérieux son propre travail et en examine les conditions et les conséquences est précisément de produire une critique.    
Stathis Kouvélakis

Construire une alternative

Le fascisme propose une forme de pseudo subversion ou même de pseudo révolution si on pense aux mouvements fascistes de l’entre-deux guerres. Il propose une fausse transgression de l’ordre existant qui ne rencontre un succès que dans la mesure où les véritables alternatives à l’ordre existant sont en crise ou sont défaites. Ce qui veut dire que la tâche aujourd’hui, à la fois pour une théorie critique, une radicalité critique digne de ce nom et pour une action politique c’est de construire une alternative.    
Stathis Kouvélakis

Texte lu par Hélène Lausseur :

  • Extrait de l'Introduction générale, dans Etudes sur l'autorité et la famille, de Max Horkheimer, 1936, repris dans Théorie traditionnelle et théorie critique, traduction de C. Maillard et S. Muller, éditions Gallimard

Sons diffusés :

  • Archive de Sartre à la Sorbonne, 1er juin 1968
  • Chanson d'Andreas Dorau, Demokratie
  • Archive de Jair Bolsonaro lors de la 74ème assemblée générale de l'ONU, 24 septembre 2019
  • Archive d'Axel Honneth, émission La Grande table, France Culture, 24 février 2017
  • Musique de Laurent Dury, A common goal
  • Chanson de Karat, Der Blaue Planet

L'équipe