Philosophie des forces de l’ordre
Philosophie des forces de l’ordre
Philosophie des forces de l’ordre   ©Getty - CSA Images
Philosophie des forces de l’ordre ©Getty - CSA Images
Philosophie des forces de l’ordre ©Getty - CSA Images
Publicité
Résumé

Que fait la police ? Mais que fait-elle vraiment ? Non pas qu’attendons-nous d’elle, mais à quoi sert-elle ? Quelle est sa fonction ? Au nom de quoi agit-elle ? Peut-elle sacrifier la justice au nom du maintien de l’ordre ?

avec :

Hélène L'Heuillet (Psychanalyste, philosophe, maîtresse de conférences en philosophie politique et éthique à Sorbonne-Université).

En savoir plus

Première diffusion de cette émission le 19/09/2016, et première diffusion du Journal de la philo de Géraldine Mosna-Savoye, en fin d'émission, le 30/08/2019, à réécouter ici :

En savoir plus : Ne pas ralentir !

La police n'est pas que le bras armé de l’État, elle en est aussi l’œil vigilant. Elle s'occupe des affaires de l’État mais est aussi préposée aux petites choses de la vie quotidienne. Elle sert l'ordre, pourtant ses initiatives causent parfois le désordre...
Est-il légitime de recourir à la violence pour maintenir la paix ?
Des normes foucaldiennes au roman policier, de la haine de la police à l’équilibre délicat entre force et justice chez Blaise Pascal, cette semaine : philosophie des forces de l’ordre en quatre étapes.

Publicité

L'invitée du jour

Hélène L’Heuillet, maîtresse de conférences en philosophie politique à l’université Paris Sorbonne et psychanalyste

L’œil et le bras

La police est un œil, elle n’est jamais seulement un bras, même si aujourd’hui, dans les relations très tendues que nous avons avec la violence, on identifie la police à un bras, un pistolet, à des coups. Mais c’est aussi un œil, elle a l’œil à tout, aux grandes et aux petites choses parce qu’elle veille en surveillant, elle surveille en veillant.                        
Hélène L’Heuillet

Le pouvoir arrête le pouvoir 

Police et justice sont liées et dans L’État de droit , la police dépend de la justice. Aujourd’hui la police judiciaire ne peut pas perquisitionner sans la décision d’un juge. La justice fait contrepoids à la police. Dans les sociétés qui sont les nôtres, on voit apparaître ça chez Louis XIV, la division des pouvoirs ce n’est pas seulement la division entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire, c’est qu’à chaque niveau de la société, le pouvoir arrête le pouvoir comme dit Montesquieu. En séparent la justice et la police, Louis XIV met en place un système de contre-pouvoir où la justice peut arrêter la police mais où la police arrête aussi la justice pour des raisons d’efficacité. La justice est lente, lente par nécessité de L’État de droit , il faut que les passions retombent pour pouvoir juger. A l’inverse, la police est rapide, elle intervient quand il faut.                        
Hélène L’Heuillet

Le savoir de l'action

Dans l’esprit de la police il y a une temporalité liée à l’urgence, le temps de l’action c’est le temps de l’urgence. Bien sûr il y a de la pensée mais on n’a pas toujours le temps de réfléchir. Il y a un certain cynisme de la police vis-à-vis du philosophe, elle se méfie du philosophe parce qu’il parle. Le policier au contraire ne se paye pas de mots puisqu'il a directement affaire à l’action, son savoir il le puise dans l’action.                        
Hélène L’Heuillet

Lectures :

  • Extrait des Mémoires de Louis XIV, pour l’instruction du dauphin
  • Extrait de Surveiller et punir, de Michel Foucault, éditions Gallimard, 1975

Sons diffusés :

  • Archive Dardien de la paix, La Marche de l’Histoire, 06/09/2012
  • Archive de Michel Foucault, Antenne 2, 25/04/1977
  • Chanson de Lucas Vidal, Karma Police
  • Chanson de Bobby Lapointe, Monsieur l’agent
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Ariane Mintz
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration