Un policier
Un policier ©Sipa - Tardivon JC
Un policier ©Sipa - Tardivon JC
Un policier ©Sipa - Tardivon JC
Publicité

Hélène L'Heuillet éclaire aujourd'hui pour nous les nuances et les apparents paradoxes qui tissent le dur métier de policier.

Avec
  • Hélène L'Heuillet Psychanalyste, philosophe, maîtresse de conférences en philosophie politique et éthique à Sorbonne-Université

La police n'est pas que le bras armé de l’État, elle en est aussi l’œil vigilant qui furète par les rues. Elle s'occupe des affaires de l’État mais est aussi préposée aux petites choses de la vie quotidienne. Elle sert l'ordre, pourtant ses initiatives causent parfois le désordre.

Le texte du jour

« Pour s’exercer, le pouvoir doit se donner l’instrument d’une surveillance permanente, exhaustive, omniprésente, capable de tout rendre visible, mais à la condition de se rendre elle-même invisible. Elle doit être comme un regard sans visage qui transforme tout le corps social en un champ de perception : des milliers d’yeux posés partout, des attentions mobiles et toujours en éveil, un long réseau hiérarchisé. (…) Cette incessante observation doit être cumulée dans une série de rapports et de registres ; tout au long du XVIII° siècle, un immense texte tend à recouvrir la société grâce à une organisation documentaire complexe. Et à la différence des méthodes de l’écriture judiciaire ou administrative, ce qui s’enregistre ainsi, ce sont des conduites, des attitudes, des virtualités, des soupçons – une prise en compte permanente du comportement des individus.Or, il faut remarquer que ce contrôle policier, s’il est tout entier « dans la main du roi », ne fonctionne pas dans une seule direction. C’est en fait tout un système à double entrée : il a à répondre, en tournant l’appareil de justice, aux volontés immédiates du roi ; mais il est susceptible aussi de répondre aux sollicitations d’en bas ; dans leur immense majorité, les fameuses lettres de cachet, qui ont été longtemps le symbole de l’arbitraire royal et qui ont politiquement disqualifié la pratique de la détention, étaient en fait demandées par des familles, des maîtres, des notables locaux, des habitants des quartiers, des curés de paroisse ; et elles avaient pour fonction de faire sanctionner par un internement toute une infrapénalité, celle du désordre, de l’agitation, de la désobéissance, de la mauvaise conduite. »

Publicité

Michel Foucault, Surveiller et punir (Gallimard, 1975)

Lectures

- Louis XIV, Mémoires de Louis XIV, pour l’instruction du dauphin

- Michel Foucault, Surveiller et punir (Gallimard, 1975)

Extraits

- Archive « gardien de la paix » (source : « la marche de l’histoire », 06/09/2012)

- Archive Michel Foucault (source « Antenne 2 » 25/04/1977)

Références musicales

- Lucas Vidal, Karma Police

- Bobby Lapointe, Monsieur l’agent

Hélène L'Heuillet
Hélène L'Heuillet
© Radio France - MC

L'équipe

Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth, directrice de France Inter
Adèle Van Reeth
Production
Antoine Ravon
Collaboration
Ariane Mintz
Collaboration
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration