Hannah Arendt en 1949
Hannah Arendt en 1949
Hannah Arendt en 1949 ©Getty - Fred Stein Archive/Archive Photos
Hannah Arendt en 1949 ©Getty - Fred Stein Archive/Archive Photos
Hannah Arendt en 1949 ©Getty - Fred Stein Archive/Archive Photos
Publicité
Résumé

Dans "Les Origines du totalitarisme" d'Arendt se trouve ce chapitre : "Le déclin de l'Etat nation et la fin des droits de l'homme". Pourquoi Arendt déclare-t-elle les droits de l’homme comme étant chose du passé ? Comment la Première guerre mondiale a-t-elle bouleversé l’organisation politique ?

avec :

Vincent Lefebve (maître de conférences à l'Université libre de Bruxelles (ULB), chargé de recherche au Centre de recherche et d'information socio-politiques (CRISP) et chercheur associé à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ)).

En savoir plus

L'invité du jour :

Vincent Lefebve, maître de conférences à l'Université libre de Bruxelles (ULB), chargé de recherche au Centre de recherche et d'information socio-politiques (CRISP) et chercheur associé à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ)

Les droits de l’homme, un signe manifeste d’un idéalisme sans espoir ou d’une hypocrisie hasardeuse et débile.  
Hannah Arendt

Publicité

Pourquoi Arendt s’en prend-elle aux droits de l’homme ?

Cette phrase provient d’une analyse concrète de la situation des centaines de millions de réfugiés, d’apatrides, de l’entre-deux-guerres, une situation humanitaire qui a surgi et implique cette réaction et réflexion d’Arendt. Sortis de leur contexte, certains passages des "Origines du totalitarisme" peuvent apparaître comme des provocations. Dans ce livre, il s’agit d’analyser l’ensemble des éléments qui ont cristallisé le totalitarisme, un certain nombre d’éléments dans une configuration donnée, ont créé ce régime politique inédit qu’est le totalitarisme. Parmi ces éléments il y a la situation des apatrides et des réfugiés de l’entre-deux-guerres, qui motive son texte.  
Vincent Lefebve

Paradoxes des droits de l'homme

Arendt critique de manière concomitante à la fois une conception traditionnelle, celle des droits de l’homme, et aussi elle propose une critique de la forme politique appelée Etat-nation, mais avant cela elle a pu montrer qu’en réalité, ces deux conceptions étaient solidaires, rivées ensemble sur la scène politique à travers la déclaration de 1789. Il y a déjà là une forme de paradoxe, on dit souvent que la critique des droits de l’homme d’Arendt repose sur une série de paradoxes. Le premier est que les droits de l’homme, en principe, devraient être indépendants de toute structure politique et en réalité ça n’est pas le cas…  
Vincent Lefebve

Sons diffusés :

  • Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 1789, lue par Georges Claisse
  • Archive de Marcel Gauchet sur les droits de l'homme, émission Répliques, France Culture, mars 2017
  • Montage de Thomas Beau sur la déchéance de nationalité, on y entend les voix de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls et François Hollande
  • Archive d'Etienne Tassin, Les Chemins de la philosophie, France Culture, février 2016
  • Chanson de fin : Refugees Of Rap, Ma Bihmni Shi
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Elsa Lesaulnier
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Colomba Grossi
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration