Le philosophe Paul Ricoeur, le 11 juin 2003 à la Fondation Singer-Polignac à Paris. ©AFP - Martin Bureau
Le philosophe Paul Ricoeur, le 11 juin 2003 à la Fondation Singer-Polignac à Paris. ©AFP - Martin Bureau
Le philosophe Paul Ricoeur, le 11 juin 2003 à la Fondation Singer-Polignac à Paris. ©AFP - Martin Bureau
Publicité
Résumé

Troisième volet d'une série de quatre émissions consacrées à l'oeuvre de Paul Ricoeur : aujourd'hui Adèle Van reeth nous propose de comprendre l'importance de l'anthropologie philosophique dans son oeuvre. Elle s'entretient avec le philosophe et politiste Johann Michel.

avec :

Johann Michel (Philosophe et politiste, professeur à l'Université de Poitiers et chercheur à l'EHESS.).

En savoir plus

Troisième temps de notre semaine Paul Ricoeur. Après sa trajectoire intellectuelle lundi avec François Dosse, le paradoxe politique hier avec Myriam Revault D'Allonnes, c'est aujourd'hui le philosophe Johann Michel qui vient nous expliquer l'urgence de l'anthropologie philosophique dans la pensée de Paul Ricoeur.

Johann Michel explique que Paul Ricœur voulait travailler à rassembler les sciences humaines et sociales dans la construction d'un "substrat commun qui pourrait les mettre en dialogue". Ricœur propose ainsi "une philosophie du détour, de la médiation".

Publicité

On ne peut pas se comprendre véritablement immédiatement soi-même, il faut passer par le détour des médiations dans lesquelles la vie humaine s'objective, les institutions, des œuvres... Et c'est par ce long détour qui est infini, parce que ces compréhensions sont infinies, que le soi va pouvoir mieux se comprendre. Johann Michel

Ricœur déplace la compréhension d'un texte "du côté du lecteur" car "le texte reverse dans le monde". Le philosophe cherche à "faire sortir le texte en dehors de lui-même".

On peut concevoir toute l'œuvre de Ricœur comme une anthropologie philosophique, pensée comme une philosophie à la fois de l'agir et une philosophie du bâtir ou du subir, ce qui rejoint effectivement le grand thème de la fragilité. Johann Michel

Chez Ricœur, l'homme est incomplet nous explique Johann Michel : "Je ne deviens homme et pleinement homme que si et seulement si je peux vivre en cité." Il insiste bien sur "la pré-appartenance quasi ontologique à ces institutions".

D'emblée, la question de l'estime de soi par exemple suppose la reconnaissance des autres, suppose des étalons de valeur qui sont fixés par des institutions. Donc, le chemin entre soi et soi-même passe toujours et systématiquement pour Ricœur par autrui et par les institutions, par la figure du tiers. Johann Michel

Johann Michel
Johann Michel
© Radio France - MC

Retrouver toutes les informations concernant les Colloques du Centenaire Paul Ricœur du 18 au 23 Novembre 2013 et les manifestations autour de Paul Ricoeur à l'adresse suivante: http://www.fondsricoeur.fr

Références musicales:

  • Roger Eno , The familiar
  • Ryuichi Sakamoto , Trauma
  • François Corneloup , Minérale
  • Charles Trenet , Le soleil et la lune
  • Divine Comedy, I've been to a marvellous party

Extraits:

  • Claude Lévi-Strauss : Qu'est-ce qu'un mythe (France Inter, émission Radioscopie de Jacques Chancel du 16/11/1971)
  • -* A voix nue * de Paul Ricoeur ( France Culture, émission de Katarina von Bulow du 15/09/1993)
  • Staccato ( France Culture, émission d'Antoine Spire du 05/06/1998)

Les 2 minutes papillon de Géraldine Mosna-Savoye: à propos de la parution de *La nouvelle musique des sphères * de Sylvie Vauclair et Claude-Samuel Levine (Odile Jacob)

La nouvelle musique des sphères
La nouvelle musique des sphères
  • Par Adèle Van Reeth
  • Réalisation : Mydia Portis-Guérin
  • Lectures : Jean-Louis Jacopin
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Jean Danielou
Collaboration
Marianne Chassort
Collaboration
Olivier Guérin
Réalisation
Mathilde Wagman
Collaboration