Yala Kisukidi en 2017 au Salon Livre Paris
Yala Kisukidi en 2017 au Salon Livre Paris
Yala Kisukidi en 2017 au Salon Livre Paris ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho
Yala Kisukidi en 2017 au Salon Livre Paris ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho
Yala Kisukidi en 2017 au Salon Livre Paris ©Getty - Jean-Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Portrait de la philosophe Yala Kisukidi, pour qui Bergson fut un point de basculement : arrivée à lui avec des questions esthétiques, elle en sort avec des questions politiques, et elle étend aujourd'hui son domaine de recherche au champ des études post-coloniales.

avec :

Nadia Yala Kisukidi (maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris 8).

En savoir plus

Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.   

La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l'atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

Publicité

L'invitée du jour :

Yala Kisukidi, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris 8

Le concept d'"universel"

« Universel » a été un mot important pour déclencher des choses. Venant de Bergson, je trouvais qu’il faisait travailler ce concept d’une manière singulière et j’ai pu aussi le retrouver dans le travail de Souleymane Bachir Diagne qui fait circuler, à travers des traditions européennes, africaines, la notion d’universel autour du concept de traduction.    
Aujourd’hui ce n’est plus vraiment la question qui me travaille dans la mesure où, en l’analysant, ce qui m’a paru intéressant au départ c’était de travailler sur des asymétries : à la fois comment la notion d’universel avait pu prendre la forme d’une parole frauduleuse, ce sont les critiques post-coloniales de l’universel, et en même temps être un concept porteur d’espérance. Comment réécrire l’universel pour produire un ensemble de projets politiques qui vont viser l’humanité entière ?    
Maintenant ce qui m’intéresse plus, c’est à partir de ces critiques post-coloniales et décoloniales de l’universel, de travailler sur ces langages de l’espérance, et la notion d’espérance, notion lourde et théologique qui circule dans le langage d’Aimé Césaire, un auteur extrêmement important pour moi.    
Yala Kisukidi

Sons diffusés :

  • Archive de Bergson sur l'art, Roger Devigne pour le Musée de la Parole et du Geste, 03/06/1936
  • Archive de Fabien Eboussi Boulaga, Yaoundé 2015, un entretien réalisé par Samuel Nguembock
  • Chanson de Jeanne Lee et Ran Blake, Where flamingos fly
  • Archive d'Aimé Césaire sur la diaspora africaine, 01/10/1967
  • Archive d'Assa Traoré, Les Matins de France Culture, 04/04/2019
  • Chanson de fin : Nina Simone, I wish I knew how it would feel to be free
Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Elsa Lesaulnier
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Isis Jourda
Collaboration
Colomba Grossi
Collaboration
Anaïs Ysebaert
Collaboration