Gravure (1747) illustrant la scène de retrouvailles entre Zadig et Astartée dans Zadig ou la Destinée, de Voltaire. / BNF
Gravure (1747) illustrant la scène de retrouvailles entre Zadig et Astartée dans Zadig ou la Destinée, de Voltaire. / BNF
Gravure (1747) illustrant la scène de retrouvailles entre Zadig et Astartée dans Zadig ou la Destinée, de Voltaire. / BNF
Gravure (1747) illustrant la scène de retrouvailles entre Zadig et Astartée dans Zadig ou la Destinée, de Voltaire. / BNF
Gravure (1747) illustrant la scène de retrouvailles entre Zadig et Astartée dans Zadig ou la Destinée, de Voltaire. / BNF
Publicité
Résumé

Peut-on concilier bonheur et vertu? Le sort de chacun est-il déjà fixé par avance?

avec :

Alain Sager (philosophe, membre de la Société Voltaire et de la Société des études voltairiennes).

En savoir plus

Dans son livre Zadig, Voltaire pose notamment cette question: Le mal est-il un bien nécessaire? Notre invité Alain Sager nous conte les destinées formidables de Zadig l'amoureux et de Voltaire l'ironique.

Le texte du jour

"Mais quoi ! dit Zadig, il est donc nécessaire qu’il y ait des crimes et des malheurs ? Et les malheurs tombent sur les gens de bien ! — Les méchants, répondit Jesrad, sont toujours malheureux : ils servent à éprouver un petit nombre de justes répandus sur la terre, et il n’y a point de mal dont il ne naisse un bien. — Mais, dit Zadig, s’il n’y avait que du bien, et point de mal ? — Alors, reprit Jesrad, cette terre serait une autre terre, l’enchaînement des événements serait un autre ordre de sagesse ; et cet ordre, qui serait parfait, ne peut être que dans la demeure éternelle de l’Être suprême, de qui le mal ne peut approcher. Il a créé des millions de mondes dont aucun ne peut ressembler à l’autre. Cette immense variété est un attribut de sa puissance immense. Il n’y a ni deux feuilles d’arbre sur la terre, ni deux globes dans les champs infinis du ciel, qui soient semblables, et tout ce que tu vois sur le petit atome où tu es né devait être dans sa place et dans son temps fixe, selon les ordres immuables de celui qui embrasse tout. Les hommes pensent que cet enfant qui vient de périr est tombé dans l’eau par hasard, que c’est par un même hasard que cette maison est brûlée : mais il n’y a point de hasard ; tout est épreuve, ou punition, ou récompense, ou prévoyance. Souviens-toi de ce pêcheur qui se croyait le plus malheureux de tous les hommes. Orosmade t’a envoyé pour changer sa destinée. Faible mortel ! cesse de disputer contre ce qu’il faut adorer. — Mais, dit Zadig[2]…. » Comme il disait mais, l’ange prenait déjà son vol vers la dixième sphère. Zadig, à genoux, adora la Providence, et se soumit. L’ange lui cria du haut des airs : « Prends ton chemin vers Babylone."

Publicité

Voltaire, Zadig

En savoir plus : Zadig de Voltaire

Lecture

- Voltaire, Zadig, Gallimard 1979

Extrait

Voltaire, Zadig ou la destinée, in Chap. 18 « L’ermite » (1747), Gallimard, 1999. [P.135]. Lu par Julie-marie Parmentier, émission Le Gai savoir ; 16/06/2013

Références musicales

- Haendel, Zadok the priest, pour Choeur et Orchestre

- Mozart, Andante pour une valse

- Mozart, Fantaisie pour piano

- Mozart, Sonate n°13

Références

L'équipe

Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Adèle Van Reeth
Production
Géraldine Mosna-Savoye
Production déléguée
Nicolas Berger
Réalisation
Olivier Bétard
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Pauline Vermeren
Collaboration
David Pargamin
Collaboration