1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP)
1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP)
1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP) - Source gallica.bnf.fr / BnF
1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP) - Source gallica.bnf.fr / BnF
1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP) - Source gallica.bnf.fr / BnF
Publicité
Résumé

Quelle paix des braves, dans le violent XIXe siècle des écrivains et des journalistes, dans la prison de Sainte-Pélagie?, demande Antoine Compagnon. Quel est l’idéal de la cellule, "loin de l’agitation du monde", selon Chateaubriand? Quel asile a pu y trouver un Proudhon, plus longuement emprisonné?

En savoir plus

Nouvelle diffusion du 11 septembre 2017

Antoine Compagnon, titulaire de la chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » achève et tire le bilan de son exploration des tropes de la guerre littéraire de 1819 à 1881.

Publicité

Depuis le cours précédent, il nous a introduit à partir des mémoires de Sosthène de La Rochefoucauld à cette sorte « d’entente cordiale », de fraternité qui a pu se développer en prison, entre légitimistes et républicains, ces prisonniers particuliers et privilégiés. C’est une page plus pacifique qui s’ouvre où nous retrouverons les figures « ami/ennemi » déjà croisées en amont de cette grande enquête autour du combat littéraire.

Dans le fameux « corridor rouge », l’illustre « pavillon des Princes » de la prison Sainte-Pélagie, où les plus grandes plumes engagées se sont succédé en un temps de grande agitation politique, à côté de Chateaubriand, de Béranger et de Proudhon, c’est, aussi, la figure du préfet Gisquet qui dessine la « loyauté entre adversaires », comme l’analyse Antoine Compagnon.

Notre grand spécialiste de Baudelaire et de Proust, se délecte, -- savoureuses citations à l’appui, à montrer selon la formule de l’ironique Louis-Auguste Martin, que nous découvrons à l’issue de cette grande séquence consacrée à Sainte-Pélagie, comment tirer profit de 6 mois dans « le ciel de Paris » ? Ce sténographe, emprisonné pour son essai Vrais et faux catholiques, livre, depuis sa fenêtre, son Voyage autour de ma prison.

Ainsi s’achève une « recherche en cours », nous rappelle Antoine Compagnon et la page reste ouverte, nous dit-il, pour d’autres explorations de ce long et turbulent XIXe siècle !

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 28 mars 2017, pour le cours d’Antoine Compagnon, « De la littérature comme sport de combat », aujourd’hui « De loyaux adversaires ».

Pour prolonger :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Antoine Compagnon a notamment publié chez Gallimard, Les Antimodernes en 2015 et chez le même éditeur, il publie prochainement Les Chiffonniers de Paris.

Références

L'équipe

Anne Sécheret
Réalisation