Photo de Marcel Proust par Otto Wegener (1849-1924), en 1895 - Otto Wegener/Wikicommons
Photo de Marcel Proust par Otto Wegener (1849-1924), en 1895 - Otto Wegener/Wikicommons
Photo de Marcel Proust par Otto Wegener (1849-1924), en 1895 - Otto Wegener/Wikicommons
Publicité
Résumé

Pourquoi faut-il "flâner pour trouver" ? Quel est le drame de l’écrivain moderne, écartelé entre l’essai philosophique et le roman ? Quels sont les trois modèles d'essayistes pour l'écrivain Marcel Proust? s'interroge Antoine Compagnon.

avec :

Antoine Compagnon (Professeur au Collège de France depuis 2006, titulaire de la chaire de Littérature française moderne et contemporaine).

En savoir plus

Nouvelle diffusion du 20 juillet

Comment peut-on concilier l’imagination artistique et l’esprit scientifique ? Et que vient faire la définition de Jules Renard de "l’humoriste", qualifié "d’homme de bonne mauvaise humeur", dans la grande enquête d’Antoine Compagnon sur "Proust Essayiste"?

Publicité

Spécialiste de Montaigne et de Proust, Antoine Compagnon, titulaire de la chaire "Littérature française moderne et contemporaine , (Histoire, critique, théorie)" interroge le modèle de l’essayiste chez Marcel Proust depuis plusieurs cours, à la fois, dans le cadre et en dehors de sa grande fresque romanesque, À la recherche du temps perdu.

Antoine Compagnon, historien et critique de la littérature nous entraîne dans une sorte de généalogie, autour des termes "essayiste" et "essayisme", entre la Grande Bretagne où nous découvrons la figure de Macaulay et la France où il interroge tour à tour, les trois modèles d’essayistes, pour Marcel Proust, que sont Gérard de Nerval, "l’ambigu", Ralph Waldo Emerson et ses "mourants frivoles" et Hyppolite Taine et ses "heures fécondes" de "flâneries"

Hippolyte Taine par Léon Bonnat/Gérard de Nerval par Félix Nadar/Ralph Waldo Emerson vers 1857
Hippolyte Taine par Léon Bonnat/Gérard de Nerval par Félix Nadar/Ralph Waldo Emerson vers 1857
- Wikicommons

Gérard de Nerval reprend "trois accusations contemporaines" explique Antoine Compagnon, dans Les Nuits d’octobre (L’Illustration, octobre-novembre 1852). Le critique rappelle que c'est un "récit réaliste virant vers la fantaisie", Gérard de Nerval "fait un cauchemar". Au "cours de ses pérégrinations nocturnes dans le Valois sans passeport", le voici "en prison à Crespy devant un tribunal composé de Nisard, Cousin et Guizot, les classiques académiques " : "Les trois spectres accusateurs me jetaient ces mots méprisants : / 'Fantaisiste ! réaliste !! essayiste !!!' / Je saisis quelques phrases de l’accusation formulée à l’aide d’un organe qui semblait être celui de M. Patin : « Du réalisme au crime, il n’y a qu’un pas ; car le crime est essentiellement réaliste. Le fantaisisme conduit tout droit à l’adoration des monstres. L’essayisme amène ce faux esprit à pourrir sur la paille humide des cachots. On commence par visiter Paul Niquet, — on en vient à adorer une femme à cornes et à chevelure de mérinos, — on finit par se faire arrêter à Crespy pour cause de vagabondage et de troubadourisme exagéré !..."

Antoine Compagnon souligne que Marcel Proust, dérangé par le "papillonnage, la polygraphie" de Gérard de Nerval, s'intéresse à son "ambiguïté" dans le Contre Sainte-Beuve : "Or, il n’y a nullement solution de continuité entre Gérard poète et l’auteur de Sylvie. On peut même dire, et c’est évidemment un des reproches qu’on peut lui faire, une des choses qui montrent en lui tout de même l’auteur, sinon de second ordre, du moins sans génie vraiment déterminé, créant sa forme d’art en même temps que sa pensée, que ses vers et ses nouvelles ne sont (comme les Petits poèmes en prose de Baudelaire et Les Fleurs du mal, par exemple) que des tentatives différentes pour exprimer la même chose. Chez de tels génies la vision intérieure est bien certaine, bien forte. Mais, maladie de la volonté ou manque d’instinct déterminé, prédominance de l’intelligence qui indique plutôt les voies différentes qu’elle ne passe en une, on essaye en vers, puis pour ne pas perdre la première idée on fait en prose, etc. (234-235)"

Extrait manuscrit du Cahier Sainte-Beuve, de Proust, "Or, il n’y a nullement solution de continuité entre Gérard poète et l’auteur de Sylvie...". Document prése
Extrait manuscrit du Cahier Sainte-Beuve, de Proust, "Or, il n’y a nullement solution de continuité entre Gérard poète et l’auteur de Sylvie...". Document prése
- Gallica BNF/Collège de France

Gagnons le Collège de France le 5 février 2019, aujourd’hui, "Fantaisiste ! réaliste !! essayiste !!!"

Autour de l'œuvre de Marcel Proust :

Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Tome I. Édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié avec la collaboration de Florence Callu, Francine Goujon, Eugène Nicole, Pierre-Louis Rey, Brian Rogers et Jo Yoshida. Nouvelle édition, 1987, Bibliothèque de la Pléiade, n° 100. Tome II, Tome III (auquel a contribué Antoine Compagnon), tome IV . Le Coffret de quatre volumes vendus ensemble, réunissant des réimpressions récentes des premières éditions (1987, 1988, 1989) Édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, doit paraître le 5 Septembre 2019 (Bibliothèque de la Pléiade).

Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve précédé de Pastiches et mélanges suivi de _Essais et articles,_Édition de Pierre Clarac avec la collaboration d'Yves Sandre, Gallimard, La Pléiade, 1971.

Bulletin d’ informations proustiennes

Antoine Compagnon, Proust entre deux siècles , Seuil, 2013