Détail d'un cratère en calice à figures rouges, représentant au milieu le héro homérique Ulysse qui consulte Tirésias aux Enfers, vers 390 av JC
Détail d'un cratère en calice à figures rouges, représentant au milieu le héro homérique Ulysse qui consulte Tirésias aux Enfers, vers 390 av JC
Détail d'un cratère en calice à figures rouges, représentant au milieu le héro homérique Ulysse qui consulte Tirésias aux Enfers, vers 390 av JC - Peintre de Dolon, Bibliothèque Nationale de France
Détail d'un cratère en calice à figures rouges, représentant au milieu le héro homérique Ulysse qui consulte Tirésias aux Enfers, vers 390 av JC - Peintre de Dolon, Bibliothèque Nationale de France
Détail d'un cratère en calice à figures rouges, représentant au milieu le héro homérique Ulysse qui consulte Tirésias aux Enfers, vers 390 av JC - Peintre de Dolon, Bibliothèque Nationale de France
Publicité
Résumé

Quelle est la place des dieux et des héros dans la démarche de ceux qui les honorent, dans la Grèce antique? s’interroge V. Pirenne-Delforge. De quelle façon le roi Anios, "héros fondateur", peut-il être qualifié tantôt de theos, de "dieu" dans les dédicaces et tantôt de "héros archégète"?

avec :

Vinciane Pirenne-Delforge (Historienne, professeur au Collège de France. Elle est titulaire de la Chaire Religion, Histoire et Société dans le Monde Grec Antique.).

En savoir plus

Où se trouve la ligne de démarcation entre héros et dieux, à partir du 6e siècle avant notre ère?

Titulaire de la chaire "Religion, histoire et société dans le monde grec  antique’’, Vinciane Pirenne-Delforge poursuit son exploration du  complexe dossier des héros dans le polythéisme grec, dans le cadre de sa  grande enquête intitulée, "Dieux, daimones, héros". Elle s’attache en  particulier, cette semaine, au "partage du monde supra-humain entre dieux et héros". Que ce soit, en combinaison (héros et dieu), ou séparément, (héros seul), la démarcation serait-elle "ontologique ou statutaire"? S’interroge la chercheuse.

Publicité

Comme  le rappelait Vinciane Pirenne-Delforge dans son cours sur le daimon et la répartition, il faut sans cesse tenir compte que "Le monde  supra-humain des Grecs est un ensemble pluriel, qui se configure et se reconfigure, qui se contracte et se dilate, tout autant que les entités qui le composent, en fonction des contextes où ces dernières sont amenées à agir."

C’est  encore cette extraordinaire fluidité du polythéisme grec que nous rencontrons dans le dossier consacré aux héros et aux héroïnes. Quand  il s’agit de saisir l’usage du terme hêrôs,  comme titre cultuel, l’historienne nous indique aujourd’hui que "deux types d’inscriptions sont à scruter de près : les dédicaces et les normes rituelles". "En ce qui concerne l’épigraphie, ce sont les deux  grands ensembles documentaires qui attestent l’existence de démarches cultuelles", précise-t-elle.

Dès lors que pouvons-nous apprendre des dédicaces et des cultes des héros? 

Nous gagnons le Collège de France, le 15 juin 2020, pour le cours de  Vinciane Pirenne-Delforge, aujourd’hui "Héros épigraphiques : les dédicaces"

Pour prolonger:

Vinciane Pirenne-Delforge a notamment publié:

Retour à la source : Pausanias et la religion grecque , CIERGA, Liège, Belgique (2008)

L’Héra de Zeus, en collaboration avec Gabriella Pironti, Les Belles Lettres (2016)

Le polythéisme grec comme objet d’histoire, Fayard(2018)

Le Polythéisme grec à l'épreuve d'Hérodote, Les Belles Lettres (2020)

Références

L'équipe

Margaux Viel
Collaboration