Détail d'un cratère en calice attique à figures rouges, provenant de Thèbes, représentant le dieu Dionysos et l' héroïne Ariane (vers 400-375 av. J.-C)
Détail d'un cratère en calice attique à figures rouges, provenant de Thèbes, représentant le dieu Dionysos et l' héroïne Ariane (vers 400-375 av. J.-C)
Détail d'un cratère en calice attique à figures rouges, provenant de Thèbes, représentant le dieu Dionysos et l' héroïne Ariane (vers 400-375 av. J.-C) - Artiste inconnu - Musée du Louvre - phtographe: Jastrow - wikicommons
Détail d'un cratère en calice attique à figures rouges, provenant de Thèbes, représentant le dieu Dionysos et l' héroïne Ariane (vers 400-375 av. J.-C) - Artiste inconnu - Musée du Louvre - phtographe: Jastrow - wikicommons
Détail d'un cratère en calice attique à figures rouges, provenant de Thèbes, représentant le dieu Dionysos et l' héroïne Ariane (vers 400-375 av. J.-C) - Artiste inconnu - Musée du Louvre - phtographe: Jastrow - wikicommons
Publicité
Résumé

Le héros a-t-il une propension à se retrouver en famille ? Comment une figure héroïque passée, qui est honorée, indépendamment d’une tombe, peut-elle être facilement aspirée dans la sphère divine, sur le plan cultuel, dans la Grèce antique? S’interroge l’historienne-anthropologue V. Pirenne-Delforge

avec :

Vinciane Pirenne-Delforge (Historienne, professeur au Collège de France. Elle est titulaire de la Chaire Religion, Histoire et Société dans le Monde Grec Antique.).

En savoir plus

Héros et héroïnes, étant très présents à l’échelle des dèmes, et d’autres groupes localement ancrés, de quelle façon les Athéniens ressentaient-ils le profil des figures éponymes des dèmes, ces circonscriptions territoriales de l'Attique? Se demande Vinciane Pirenne-Delforge.

Dans la présentation de sa série, "Dieux, daimones, héros", Vinciane Pirenne Delforge, titulaire de la chaire ‘’Religion, histoire et société dans le monde grec antique’’, rappelle que "La pluralité du monde suprahumain des Grecs se définit par une multiplicité de figures divines et héroïques". "Mais qu’est-ce qui fait le dieu ou le héros ?

Publicité

Le polythéisme grec se caractérisant par sa souplesse et sa fluidité, la réponse s’avère complexe, sans compter les sources lacunaires. 

"Le statut de héros, poursuit la chercheuse, ajoute au paysage suprahumain", de la Grèce antique, "une déclinaison de l’ambiguïté des destinataires cultuels, sur un large spectre, qui va de la mortalité des hommes, limités dans leur action, à l’immortalité des dieux, caractérisés par leur puissance."

L’enquête sur les héros et les héroïnes, pour l’avant dernier volet de la série, nous entraîne en Attique à la période classique, pour s’attacher aux normes rituelles. Que nous apprennent les calendriers du culte des héros? Le nom déclenche-t-il les récits ? La biographie fait-elle le héros? 

Nous gagnons le Collège de France, le 15 juin 2020, pour le cours de Vinciane Pirenne-Delforge, aujourd’hui "Héros et héroïnes: les normes rituelles".

Pour prolonger:

Vinciane Pirenne-Delforge a notamment publié:

L'Aphrodite grecque : Contribution à l’étude de ses cultes et de sa personnalité dans le panthéon archaïque et classique, CIERGA (1994)

L’Héra de Zeus, en collaboration avec Gabriella Pironti, Les Belles Lettres (2016)

Le polythéisme grec comme objet d’histoire, Fayard (2018)

Le Polythéisme grec à l'épreuve d'Hérodote, Les Belles Lettres (2020)

Références

L'équipe

Margaux Viel
Collaboration