Le sultan Selim III rreçoit des dignitaires lors d'une audience donnée à la Porte de la Félicité, au palais de Topkapı
Le sultan Selim III rreçoit des dignitaires lors d'une audience donnée à la Porte de la Félicité, au palais de Topkapı
Le sultan Selim III rreçoit des dignitaires lors d'une audience donnée à la Porte de la Félicité, au palais de Topkapı - wiki commons
Le sultan Selim III rreçoit des dignitaires lors d'une audience donnée à la Porte de la Félicité, au palais de Topkapı - wiki commons
Le sultan Selim III rreçoit des dignitaires lors d'une audience donnée à la Porte de la Félicité, au palais de Topkapı - wiki commons
Publicité
Résumé

Comment l’empire ottoman, cet "animal étrange", cet "empire à l’ancienne", se transforme-t-il au moment où l’Europe devient puissante et arrogante? demande Edhem Eldem. Quelle est son "interaction" avec l’Occident dans le long XIXe siècle?

avec :

Edhem Eldem (professeur d'histoire à l'Université de Bogaziçi à Istanbul, titulaire de la chaire internationale d'histoire turque et ottomane au Collège de France).

En savoir plus

Pourquoi reprendre ce mot "d’Occident"? Quels sont les enjeux de la terminologie? 

L'historien s'interroge :

Publicité

Quel est "le risque d’amalgame, toutes périodes confondues, entre les mots "turc" et "ottoman"" ?

Et d’où vient le mot ottoman? Pourquoi le "concept nouveau d’Etat sublime"? 

Comment l’empire ottoman survit-il et comment s’appuie-t-il sur l’art du calcul et de la "négociation"? 

Dans sa leçon inaugurale, Edhem Eldem, professeur à l’université du Bosphore, titulaire de la nouvelle chaire, Histoire turque et ottomane, a présenté la difficulté des historiens face au rapport frénétiques des Turcs à l’histoire, le "domaine étant vicié par l’emprise du politique et de l’idéologique", notamment par la vision kémaliste déformante ou l’islamo-nationalisme du pouvoir. Il a aussi posé le cadre du "long XIXe siècle" qu’il propose d’étudier pour aborder la transformation de l’empire ottoman face à l’Occident. 

Dans la vidéo qui présente son cours, l’historien explique que :

"L'objectif est d'analyser, d'examiner dans le détail, les dynamiques de ces relations entre un Empire que l'on dit mourant et une Europe qui est extrêmement puissante, qui est de plus en plus arrogante,. C'est donc une relation assez conflictuelle mais aussi une relation d'amour, d'admiration puisque la modernisation ottomane va se faire à l'aune de l'Occident, c'est-à-dire qu'on va copier, on va émuler et on va essayer d'imiter ce que l'on considère être une formule de réussite." 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans sa leçon inaugurale, il a distingué trois phases :

  • Une relation de "flirt",  la découverte superficielle de l’Occident passe par les innovations technologiques. 
  • L’union, les Ottomans se lancent "dans un remaniement, une reconstruction de l’Etat au milieu du XIXe siècle", mais un essoufflement économique et politique, alors que les nationalismes s’affirment, brise cet élan enthousiaste. 
  • Un "divorce", en quelque sorte, explique encore Edhem Eldem ; l’empire ottoman pensant être trahi par l’Europe va se replier sur lui-même.
L'édit de Gülhane
L'édit de Gülhane
- Wiki commons

L’historien s’attache aux problèmes de fond et de méthode que pose son sujet complexe, à commencer par le monopole de fait que s’est arrogé la Turquie sur l’histoire ottomane et les amalgames opérés par les Européens.

Quelles sont les chausses-trappes qui guettent l’historien épris de curiosité et de liberté quand il aborde l’histoire turque et ottomane?

Nous gagnons tout de suite l’amphithéâtre du Collège de France, le 12 janvier 2018 pour le cours d’Edhem Eldem, aujourd’hui "Introduction".

Références

L'équipe

Merryl Moneghetti
Coordination
Anne Sécheret
Réalisation