Lewis Leakey examining skulls from Olduvai Gorge, Africa.
Lewis Leakey examining skulls from Olduvai Gorge, Africa.
Lewis Leakey examining skulls from Olduvai Gorge, Africa. - Bureau of Land Management/Wikicommons/http://www.blm.gov/ca/st/en/fo/barstow
Lewis Leakey examining skulls from Olduvai Gorge, Africa. - Bureau of Land Management/Wikicommons/http://www.blm.gov/ca/st/en/fo/barstow
Lewis Leakey examining skulls from Olduvai Gorge, Africa. - Bureau of Land Management/Wikicommons/http://www.blm.gov/ca/st/en/fo/barstow
Publicité
Résumé

Pourquoi revenir sur la taxinomie du « genre homo » ? Comment l’histoire des découvertes des fossiles a-t-elle pu influencer les recherches ?

avec :

Jean-Jacques Hublin (Paléoanthropologue, professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, titulaire de la chaire Paléoanthropologie au Collège de France.).

En savoir plus

Pourquoi le paradigme du « shadow man », entendez cet « ancêtre des vrais hommes » qui court-circuiterait l’homme de Néandertal et Homo Erectus ? Pourquoi chercher un ancêtre plus avouable que ces « hommes singes », les australopithèques ? Pourquoi est-il difficile d’établir des relations d’ancêtres à descendants dans la phylogénie humaine ? « Si Homo habilis a été la première espèce attribuée à notre genre, depuis sa découverte », quelles sont les différentes « autres formes d'Homo primitifs qui ont été reconnues en Afrique de l'Est et du Sud » ? Quelle a été l’influence de la dynastie de paléontologues depuis les découvertes de Louis Leakey sur les recherches en Afrique au XXe siècle ?

Pour ouvrir sa série de cours sur la question de la première sortie d’Afrique, le paléoanthropologue, Jean-Jacques Hublin, professeur invité au Collège de France, depuis 2014 et directeur du département d'Évolution humaine à l'Institut d'anthropologie évolutive Max Planck de Leipzig en Allemagne, nous inscrit à la fois dans l’histoire des découvertes autour du genre homo mais aussi au cœur de la révolution technologique qui touche son domaine. Dans sa présentation, il explique :

Publicité

« Au point de rencontre de disciplines aussi diverses que la paléontologie humaine, l’archéologie préhistorique, la génétique ou la climatologie, comprendre l’évolution humaine c’est comprendre l’interaction permanente du biologique et du culturel. »

Jean-Jacques Hublin rappelle

« que le développement de la phylogénique moléculaire a abouti à un profond remaniement de la classification des Primates, notamment celle de la super-famille des Hominoïdes dans laquelle s'enracine le genre Homo. Notre espèce est la seule survivante d'un buisson de formes qui représentent le taxon frère des chimpanzés actuels. Depuis la séparation entre la lignée humaine et celle des chimpanzés, il y a au moins 7 millions d'années, le rameau des hominines a produit une grande variété de formes. On dénombre aujourd'hui plus d'une vingtaine d'espèces paléontologiques dans cet ensemble. C’est au sein du groupe plus ancien des australopithèques que s’enracine le genre Homo. »

Nous voici confrontés à l’évolution des termes à partir des années 1960-70. Si les hominidae sont les grands singes et l’homme, aujourd’hui, la famille des hominini regroupe l’homme, ses ancêtres directs et les chimpanzés tandis que les hominines se définit comme une sous-tribus réunissant seulement l’homme et ses ancêtres directs depuis la séparation avec les grands singes.

Jean-Jacques Hublin présente au Collège de France, le rameau des hominines qui a produit une grande variété de formes•
Jean-Jacques Hublin présente au Collège de France, le rameau des hominines qui a produit une grande variété de formes•
- Crédits : Collège de France

Avec les premières formes africaines du genre homo, nous voici face aux spécimens d’Homo Habilis, d’Homo Rudolfensis, nous découvrons Homo Erectus. Et le spécialiste de l’évolution humaine de noter que

« plusieurs espèces de genre homo ont coexisté avec des formes robustes d’australopithèques. » Et de souligner encore qu’il « n’y a pas de moment adamique, où l’homme devient homme »…

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Jean-Jacques Hublin, intitulé "La première sortie d'Afrique", "L'émergence du genre homo", le 14 octobre 2014

Pour prolonger :

Autour de [l'actualité des recherches : le twitter de Jean-Jacques Hublin](http:// https://twitter.com/jjhublin?lang=fr)