Détail d'une carte de 1620 dessinée sur une projection ovale, l'atlas Portolan de la mer Méditerranée, l'Europe occidentale, la côte nord-ouest de l'Afrique
Détail d'une carte de 1620 dessinée sur une projection ovale, l'atlas Portolan de la mer Méditerranée, l'Europe occidentale, la côte nord-ouest de l'Afrique
Détail d'une carte de 1620 dessinée sur une projection ovale, l'atlas Portolan de la mer Méditerranée, l'Europe occidentale, la côte nord-ouest de l'Afrique ©Getty - Buyenlarge
Détail d'une carte de 1620 dessinée sur une projection ovale, l'atlas Portolan de la mer Méditerranée, l'Europe occidentale, la côte nord-ouest de l'Afrique ©Getty - Buyenlarge
Détail d'une carte de 1620 dessinée sur une projection ovale, l'atlas Portolan de la mer Méditerranée, l'Europe occidentale, la côte nord-ouest de l'Afrique ©Getty - Buyenlarge
Publicité
Résumé

À quel moment est apparue l’image moderne de la Méditerranée ? S’interroge l’historien Henry Laurens et quelle a été l’évolution de l’idée de la Méditerranée ? Quel est le regard sur l’Europe depuis "la position décentrée" africaine ? Questionne le philosophe sénégalais, Souleymane Bachir Diagne.

avec :

Souleymane Bachir Diagne (philosophe, professeur de philosophie française et des questions philosophiques en Afrique dans les départements de philosophie et de Français à l’Université de Columbia, directeur de l’Institut d’Etudes africaines), Henry Laurens (Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire contemporaine du monde arabe.).

En savoir plus

L'Europe postcoloniale qui se réinvente, comme  l’Afrique se réinvente elle-même, souligne Souleymane Bachir Diagne, doivent s’engager dans un "universel latéral de dialogue", selon une belle formule inspirée du philosophe, Maurice Merleau-Ponty.

Le colloque interdisciplinaire du Collège de France, "Inventer L’Europe",  que  nous vous proposons dans l’actualité de la Présidence française du  Conseil de l’Union Européenne ouvre aujourd’hui le chapitre de "l’Europe  et ses autres, en invention mutuelle". Il s'agit d'analyser l’Europe  dans le monde et avec ses proches voisins et de penser au-delà des  confrontations, la question des coopérations et des échanges créateurs  réciproques.

Publicité

En première partie, l’historien Henry Laurens, titulaire de la chaire d'Histoire contemporaine du monde arabe, nous  propose un riche retour sur la Méditerranée et l’Europe de 1750 à nos  jours.

Henry Laurens revient sur le processus de la construction méditerranéenne et le tournant de 1830, en citant la formule du saint-simonien Michel Chevalier (1806-1879), "La Méditerranée a été une arène, un champ clos où, durant trente siècles, l'Orient et l'Occident se sont livré des batailles. Désormais  la Méditerranée doit être comme un vaste forum sur tous les points duquel communieront les peuples jusqu'ici divisés. La Méditerranée va  devenir le lit nuptial de l'Orient et de l'Occident."

Pour l'historien c'est la "Méditerranée comme projet culturel et politique", c'est "l'existence d'une personnalité méditerranéenne participant à la fois à l'Europe et à l'extra européen. Mais c'est "en même temps, cette Méditerranée" qui "est prise dans la lutte des races, d'abord par le colonialisme", et qui doit faire face à "la modernité de l'Europe".

En seconde partie, le philosophe Souleymane Bachir Diagne,  ancien professeur à l'Université de Dakar et actuellement professeur à  l'Université Columbia à New York nous propose, une stimulante analyse de l’Europe depuis l’Afrique.

En s'appuyant sur des philosophes tels que Jean-Paul Sartre et Simone Weil, Souleymane Bachir Diagne, se concentre sur "le regard qui a pour fonction de décentrer, dont l'enjeu est à la fois mémoire et ouverture de l'avenir". 

Souleymane Bachir Diagne présente ainsi sa contribution : "Simone Weil, dans les réflexions qu’elle a consacrées à la colonisation, oppose au récit de soi pour soi de la France, celui que lui renvoie le regard que lève sur elle le monde placé sous son joug impérial. Elle écrit ainsi, dans ses Écrits historiques et politiques que « depuis la position décentrée qu’offre l’Empire (…) la France n’est pas, aux yeux de la plupart de ses sujets, la nation démocratique, juste et généreuse qu’elle est aux yeux de tant de Français, moyens et autres. » Ma contribution explore, au-delà de cet exemple particulier que présente Simone Weil, le regard sur l’Europe plus généralement depuis « la position décentrée » africaine, avant de poser la question d’un futur « axe » entre une Europe qui s’invente et une Afrique aujourd’hui engagée dans la refondation de l’idéal panafricain".

Nous gagnons le Collège de France le 22 octobre 2021: aujourd’hui L’Europe La Méditerranée et le continent africain.

Pour prolonger

Henry Laurens a notamment publié chez Fayard,

  • Les crises d'Orient. Question d’Orient et Grand Jeu (1768-1914), 2017  
  • Les Crises d'Orient, Tome 2, La naissance du Moyen Orient 1914-1949 

"Michel Chevalier, précurseur de l’Europe moderne ?" article de Michael Drolet & Ophélie Siméon , La Vie des idées, le 2 novembre 2018. Le saint-simonien a publié quatre articles sur le Système de la Méditerranée, en février 1832 dans Le Globe. Ce texte fondateur a été publié
sous le titre, Système de la Méditerranée avec une postface de Philippe Dugot dans la collection Les Mille Et Une Nuit en 2006.

Souleymane Bachir Diagne a noatmment publié avec Jean-Loup Amselle, En quête d'Afrique(s) : universalisme et pensée décoloniale,  Albin Michel, collection Itinéraires du savoir, 2018     

Souleymane Bachir Diagne a cité l'essai de Valentin-Yves Mudimbe, The Invention of Africa.