La biologie redevient interdisciplinaire, rappelle le biologiste Thomas Lecuit, alors que toutes les sciences se coordonnent face aux enjeux environnementaux
La biologie redevient interdisciplinaire, rappelle le biologiste Thomas Lecuit, alors que toutes les sciences se coordonnent face aux enjeux environnementaux
La biologie redevient interdisciplinaire, rappelle le biologiste Thomas Lecuit, alors que toutes les sciences se coordonnent face aux enjeux environnementaux - Creative Team/EMBL (Laboratoire européen de biologie moléculaire)
La biologie redevient interdisciplinaire, rappelle le biologiste Thomas Lecuit, alors que toutes les sciences se coordonnent face aux enjeux environnementaux - Creative Team/EMBL (Laboratoire européen de biologie moléculaire)
La biologie redevient interdisciplinaire, rappelle le biologiste Thomas Lecuit, alors que toutes les sciences se coordonnent face aux enjeux environnementaux - Creative Team/EMBL (Laboratoire européen de biologie moléculaire)
Publicité
Résumé

De quelle façon l’Europe peut-elle s’avérer un écosystème exceptionnel pour les sciences? Le biologiste Thomas Lecuit, le physicien Marc Henneaux & le chimiste Jean-Marie Tarascon reviennent sur l'Europe qui invente et innove. Comment les communautés interdisciplinaires ont pu émerger et travailler?

avec :

Marc Henneaux (Physicien théoricien, professeur à l’Université libre de Bruxelles, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Champs, cordes et gravité »), Thomas Lecuit (Chercheur en biologie cellulaire, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Dynamiques du vivant »).

En savoir plus

En quoi la biologie a-t-elle bénéficié de l'essor de l'Europe ? s'interroge Thomas Lecuit.  Quelles ont pu être les entraves à une recherche libre et transnationale ? Demande le physicien Marc Henneaux. Quels sont les enjeux autour d’une Europe innovante et engagée dans le pacte vert ? S'interroge le chimiste Jean-Marie Tarascon.

Dans le cadre de la diffusion du colloque du Collège de France, "Inventer l’Europe", nous partons aujourd’hui à la découverte de l’Europe qui invente et innove.

Publicité
Belgique - 10 juin : 1er Conseil de Physique, Solvay, initié par le chimiste et industriel Belge,Ernest Solvay (1838-1922).
Belgique - 10 juin : 1er Conseil de Physique, Solvay, initié par le chimiste et industriel Belge,Ernest Solvay (1838-1922).
© Getty - Photo by SSPL/Getty Images

En deuxième partie, le physicien belge, Marc Henneaux, qui dirige depuis 2004 les instituts internationaux Solvay de physique et de chimie et qui est, titulaire, depuis 2017, de la chaire Champs, cordes et gravité au Collège de France, revient sur "la construction européenne de la physique", des premiers conseils Solvay aux grandes infrastructure d’après 1945, une histoire, entre heurs et malheurs. S'il souligne la rupture de la Première guerre mondiale, Marc Henneau montre que "cette guerre de propagande et idéologique a eu aussi des conséquences désastreuses sur la reconstruction de la science et la reconstruction de l'Europe après 1918". "Le CERN est, quant à lui, note le chercheur, un succès remarquable, démontrant combien la mise en commun par plusieurs États de leurs moyens financiers et humains multiplie leurs possibilités de recherche. Cette organisation dépasse d'ailleurs largement les frontières de l'Europe."

Les recherches de Marc Henneaux sont consacrées à l’étude des  modèles théoriques qui décrivent les interactions physiques  fondamentales (électromagnétisme, forces nucléaires faibles et fortes,  gravitation), avec un intérêt particulier pour leurs symétries et pour  la gravitation.

C'est Ernest Solvay, qui a lancé à partir de 1911, "les fameux “Conseils de Physique”.

En 3e partie, Jean-Marie Tarascon, titulaire de la chaire Chimie du solide et de l’énergie et également lauréat de la médaille de l’innovation 2017 du CNRS, s’attache justement aux enjeux énergétiques, il analyse l’Europe de l’énergie vue par le prisme des batteries. Il est porteur du grand projet « Avenir Commun Durable - Énergie, environnement, société » qui souhaite encourager des recherches de rupture sur les enjeux environnementaux dans la grande tradition du Collège de France, en disséminant les savoirs nouvellement acquis ».

Jean-Marie Tarascon rappelle :

"Depuis ses débuts avec la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), l’Europe a placé la question de l’énergie au cœur de son projet d’intégration. Aujourd’hui, cette question revient en force avec les défis posés par le dérèglement climatique. Comment l’Union européenne (UE) peut-elle réussir sa transition énergétique ? Quel modèle de croissance pour les années à venir ? Pour le moment, l’Europe a réussi à mettre en place de nombreux outils fédérateurs comme, récemment, le 'Green Deal' qui se veut être 'l’homme sur la lune' de l’UE. La preuve incontestée du leadership européen dans la transition énergétique. Si l’Europe atteint son objectif, elle sera le premier continent climatiquement neutre au monde".

"Pour y arriver, note encore le chimiste, l’UE a bien compris que les batteries, parmi bien d’autres technologies, auront un rôle à jouer. Elle a lancé en 2019 l’Alliance européenne des batteries dont la mission est de soutenir, face à la suprématie chinoise, une industrie européenne des batteries qui soit à la fois compétitive et durable"

Un travailleur teste des granulés de polypropylène fabriqués à partir de piles usagées au centre de recyclage Metaleurop de Villefranche-sur-Saône, en France.
Un travailleur teste des granulés de polypropylène fabriqués à partir de piles usagées au centre de recyclage Metaleurop de Villefranche-sur-Saône, en France.
© Getty - Photo by Alain Nogues/Sygma/Sygma via Getty Images

Et dans quelques instants, Thomas Lecuit, biologiste qui travaille avec les physiciens, se demande comment l’Europe de la biologie fonctionne, de l’héritage interdisciplinaire de l’époque moderne aux défis d’innovation actuels.  Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "Dynamiques du vivant". Thomas Lecuit dirige l'équipe "Architecture et plasticité tissulaires" à l'Institut de biologie du développement de Marseille (IBDM).

Le biologiste montre que "L’Europe est un écosystème riche exceptionnel". "Mais, souligne-t-il, seule la coordination structurelle et budgétaire de la recherche à l’échelle de l’Europe, incarnée entre autres par le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) et l’Organisation européenne de biologie moléculaire (EMBO) et le Conseil européen de la recherche (ERC), permettra de répondre aux défis d’innovation de la biologie, une science par-delà les frontières disciplinaires."

Dans une stimulante tribune donnée au journal Le Monde, le 10 novembre 2021, la généticienne, Edith Heard, directrice générale du Laboratoire européen de biologie moléculaire et professeure au Collège de France, demande :"Quel peut être l’apport de la biologie moléculaire dans la lutte contre le réchauffement climatique et la perte vertigineuse de la biodiversité ? La recherche fondamentale dans ces domaines est essentielle pour livrer des connaissances approfondies de l’état actuel de la vie sur Terre et des phénomènes critiques comme les points de basculement des écosystèmes", souligne la chercheuse.

"L’EMBL, rappelle Edith Heard, principale organisation intergouvernementale européenne pour la recherche en sciences de la vie, a organisé, en juillet 2021, un atelier multidisciplinaire auquel ont participé plusieurs organismes de recherche européens. Le but était d’identifier de nouvelles synergies en sciences de la vie, qui pourraient être mieux exploitées pour permettre une relance verte. Les conclusions de ces échanges ont été résumées dans un livre blanc intitulé Comment mieux exploiter la biologie moléculaire pour accélérer la relance verte."

Nous gagnons le Collège de France le 21 octobre 2021 : aujourd’hui "L’Europe transnationale des Sciences qui invente et innove"

Pour prolonger

Jean-Marie Tarascon, dans son article "Croiser les expertises du Collège de France pour un avenir commun durable" développe les enjeux qui ont amené à porter l'initiative "Avenir Commun Durable", un projet qui a à cœur de faire fusionner les disciplines et les techniques afin d'alerter et de travailler sur les enjeux environnementaux.