La "Pavie House", maison solaire futuriste et biomorphique, en Israël, par Ephraim-Henry Pavie
La "Pavie House", maison solaire futuriste et biomorphique, en Israël, par Ephraim-Henry Pavie
La "Pavie House", maison solaire futuriste et biomorphique, en Israël, par Ephraim-Henry Pavie - Wikicommons/E.-H. Pavie/Biomalon (photo)
La "Pavie House", maison solaire futuriste et biomorphique, en Israël, par Ephraim-Henry Pavie - Wikicommons/E.-H. Pavie/Biomalon (photo)
La "Pavie House", maison solaire futuriste et biomorphique, en Israël, par Ephraim-Henry Pavie - Wikicommons/E.-H. Pavie/Biomalon (photo)
Publicité
Résumé

Pourquoi innover dans le monde de l’habitat? Didier Roux analyse quels sont les enjeux démographiques, environnementaux, liés à la construction ou à la rénovation des bâtiments sur une planète limitée, aux ressources qui s’épuisent ? Comment pèse la consommation énergétique des bâtiments?

avec :

Didier Roux (Directeur de la recherche et du développement et de l’Innovation de Saint-Gobain.).

En savoir plus

Rediffusion de l'émission du 29.05.2017 

Comment économiser cette énergie et quels sont les nouveaux outils pour mesurer la consommation d’énergie ?

Publicité

Didier Roux, titulaire de la chaire annuelle d’innovation technologique Liliane Bettencourt, ancien Directeur de la recherche et du développement et de l’Innovation de Saint-Gobain nous entraîne cette semaine encore dans « un voyage scientifique » où il interroge à l’appui de nombreux exemples historiques , actuels ou en cours d’expérimentation, les liens entre « Découverte fondamentale, invention technologique, et innovation», à la croisée de la recherche publique et privée, des acteurs économiques et des besoins de la société.

Dans la présentation de sa série au Collège de France, ce physico chimiste, spécialiste de matière condensée, qui a reçu la médaille CNRS de l’innovation en 2014 explique :

"L’habitat doit faire face à des enjeux exceptionnels liés aux problèmes énergétiques et environnementaux, ce qui nécessite d’innover plus rapidement pour les acteurs de la chaîne de valeur. Il faut donc renforcer les coopérations entre les acteurs en amont et en aval de la construction (fournisseurs et clients), mais aussi s’ouvrir plus encore vers l’extérieur et collaborer avec des start-up et des laboratoires académiques. Indépendamment de matériaux et de systèmes nouveaux (tels que le vitrage électrochrome qui permet, grâce au courant électrique, de régler luminosité et opacité), les progrès viendront très certainement des outils digitaux qui permettront à l’utilisateur final de mieux faire parvenir à tous les acteurs (fabriquant de matériaux, architectes, bureaux d’études, artisans, constructeurs, …) ses besoins, en particulier dans le domaine du confort qui illustre parfaitement l’amélioration qu’attend l’utilisateur d’un bâtiment".

Nous abordons alors les solutions pour faire baisser la conductivité thermique des constructions, avec les isolants - ceux qui existent et ceux du futur, les super isolants, l’aérogel de silice, les panneaux sous vide… toute une technologie liées aux dernières découvertes et innovations se déploie, les couches d’argent ultrafines transparentes sur du verre, une vitre qui réfléchit la chaleur intérieure… les nouveaux outils pour tout mesurer dans la maison.

Il s’agit d’aller vers une "isolation active" et une "maison intelligente par rapport à son environnement".

Nous découvrons les matériaux à changement de phase et toutes sortes d’approches de l’habitat dont les performances sont analysées…

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 28 avril 2017, pour le cours de Didier Roux, « L’habitat du futur »