Troupeau de chèvres près des ruines de l’ancienne ville sumérienne d’Ur, datant du 4ème millénaire avant JC.
Troupeau de chèvres près des ruines de l’ancienne ville sumérienne d’Ur, datant du 4ème millénaire avant JC.  ©Getty - Photo by David Lees/Corbis/VCG via Getty Images
Troupeau de chèvres près des ruines de l’ancienne ville sumérienne d’Ur, datant du 4ème millénaire avant JC. ©Getty - Photo by David Lees/Corbis/VCG via Getty Images
Troupeau de chèvres près des ruines de l’ancienne ville sumérienne d’Ur, datant du 4ème millénaire avant JC. ©Getty - Photo by David Lees/Corbis/VCG via Getty Images
Publicité

Comment les fouilles ont-elles repris sur le site de la ville d’Ur en Irak ? Quelle est l’histoire d’Ur à l’époque paléo-babylonienne ? s’interroge l’assyriologue Dominique Charpin.

Avec

Nous retrouvons cette semaine, l’épigraphiste Dominique Charpin, qui a une formation d’archéologie et de philologie et qui est à la fois un homme de terrain et de textes. Spécialiste de l’époque paléo-babylonienne, titulaire de la chaire « Civilisation mésopotamienne », il revient aujourd’hui à la fois sur l’histoire des fouilles de la ville d’Ur, et sur celle de la ville antique dans le cadre de sa série de cours intitulée « La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne». 

Lors de sa leçon inaugurale, intitulée « Comment peut-on être assyriologue ? », Dominique Charpin soulignait l'apport des archives qui nous viennent des déserts syro-irakiens :  

Publicité

"Dans la perspective d’une histoire globale, l’assyriologue contribue à étendre la gamme des sociétés qu’il est possible d’étudier. Après tout, il s’agit quand même des plus vieilles archives de l’humanité"

Il rappelait combien les « activités de terrain » des chercheurs «  découlent directement des aléas de la politique".

"La fermeture de l’Iran à partir de la fin des années 1970 a entraîné une recrudescence de l’activité archéologique en Syrie. Il faut ici souligner les drames successifs qu’ont été pour l’Irak l’embargo postérieur à la première guerre du Golfe, puis la décomposition de l’État après l’invasion américano-anglaise de 2003. Toutes les missions archéologiques ont été arrêtées en 1991 ; elles n’ont pratiquement pas repris depuis. Hélas, les fouilles clandestines se sont multipliées, entraînant la destruction complète de certains sites importants, comme Isin. La violence qui sévit en Syrie depuis 2011 a eu également pour effet d’interrompre les activités archéologiques officielles..."

Le cours d’aujourd’hui s’attache à la reprise des fouilles en Irak depuis 2015. Elisabeth Stone et son mari Paul Zimansky ont ouvert un nouveau chantier à 6 km au Nord-Est d’Ur, avant qu’Elizabeth Stone obtienne l’autorisation de reprendre la fouille d’Ur, raconte Dominique Charpin qui a accepté d’être l’épigraphiste de sa mission. De ces fouilles émergent la maison du général Abisum et celle du prêtre Sin-Nada

La maison du général Abisum (fouilles E. Stone, avril 2017)
La maison du général Abisum (fouilles E. Stone, avril 2017)
- Dominique Charpin/Collège de France

Que nous apprennent-elles de leurs occupants et des aléas de la ville d’Ur ? L’histoire de la ville dans le premier quart du IIe millénaire peut être divisée en 4 phases rappelle aujourd’hui l’archéologue-épigraphiste :

  • la chute d’une capitale à la suite de la disparition de la IIIe dynastie d’Ur (ca. 2004 av. J.-C.) et de son remplacement par Isin, comme capitale ;
  • la dispute d’Ur entre les royaumes d’Isin et de Larsa ;
  • le siècle pendant lequel Ur appartint fermement au royaume de Larsa (1865-1763 av. J.-C.)
  • la domination babylonienne à la suite de la conquête de Hammurabi en 1763 av. J.-C. jusqu’à l’abandon de Samsu-iluna après 1738 av. J.-C.
Etiquette avec l'empreinte de l'inscription du sceau de Sin-nada, intendant du temple de Ningal
Etiquette avec l'empreinte de l'inscription du sceau de Sin-nada, intendant du temple de Ningal
- Dominique Charpin/Collège de France

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 11 avril 2018,  pour le cours de Dominique Charpin intitulé "La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne", aujourd’hui  " L'histoire d'Ur, de la chute d'Ur III à l'abandon par Samsu-iluna"