Pompéi, Mosaïque "Cave Canem", Maison du poète tragique/Maison des Vettii/Détail de la Mégalographie de la villa des Mystères
Pompéi, Mosaïque "Cave Canem", Maison du poète tragique/Maison des Vettii/Détail de la Mégalographie de la villa des Mystères
Pompéi, Mosaïque "Cave Canem", Maison du poète tragique/Maison des Vettii/Détail de la Mégalographie de la villa des Mystères - Wikicommons/Radomil/Patricio Lorente/The Yorck Project
Pompéi, Mosaïque "Cave Canem", Maison du poète tragique/Maison des Vettii/Détail de la Mégalographie de la villa des Mystères - Wikicommons/Radomil/Patricio Lorente/The Yorck Project
Pompéi, Mosaïque "Cave Canem", Maison du poète tragique/Maison des Vettii/Détail de la Mégalographie de la villa des Mystères - Wikicommons/Radomil/Patricio Lorente/The Yorck Project
Publicité
Résumé

Quel est le dynamisme de Pompéi? Quel rôle jouent les affranchis? Comment la cité campanienne s’est-elle reconstruite entre le le grand tremblement de terre de 63-62 et l’éruption de 79 ap JC ? Comment les progrès de l’archéologie aboutissent-ils à une révision de la date de cette éruption ?

avec :

Jean-Pierre Brun (Archéologue, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique.).

En savoir plus

Nouvelle diffusion du 15 février 2017

Nous retrouvons Pompéi Colonie Romaine, à l’époque de Cicéron et nous la suivons jusqu’à sa disparition et sa transformation en chantier de récupération avant de devenir un vaste terrain de fouilles et d’interrogations.

Publicité

Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Techniques et économies de la Méditerranée antique » explore le plateau de Pompéi pour faire jaillir au-delà de l’évolution urbaine, la vie quotidienne des artisans, le développement économique de la cité commerçante.

Théophile Gautier dans sa nouvelle Aria Marcella fait déambuler son personnage Octavien dans les ruines de Pompéi au XIXe siècle, évoquant :

"ces inscriptions tracées en lettres rouges, d’un pinceau cursif, sur les parois des murailles : affiches de spectacle, demandes de location, formules votives, enseignes, annonces de toutes sortes, curieuses comme le serait dans deux mille ans, pour les peuples inconnus de l’avenir, un pan de mur de Paris retrouvé avec ses affiches et ses placards, ces maisons aux toits effondrés laissant pénétrer d’un coup d’œil tous ces mystères d’intérieur, tous ces détails domestiques que négligent les historiens et dont les civilisations emportent le secret avec elles".

Comment faire parler les vestiges sans se méprendre dans l’interprétation ?

Jean-Pierre Brun rappelle que « La compétition électorale » telle qu’elle apparaît sur les murs de Pompéi « ne doit pas masquer que la cité était une colonie dirigée par une oligarchie de propriétaires fonciers". Aujourd’hui émergent de nombreuses maisons embellies et décorées, le 2e style pompéien avec ses mégalographies, le rôle des affranchis enrichis, impliqués dans tous les domaines économiques, une classe très dynamique. Leurs enfants nés libres peuvent intégrer l’aristocratie locale voire impériale.

Après le grand séisme, c’est la reconstruction : les nouveaux thermes, plus clairs, dotés de vitres, plus rationnels, le 4e style pompéien, la nécessité de mettre de l’ordre dans les terrains publics et de les rendre à la colonie.

Pompéi n’est pas aussi bien conservée qu’on n’a pu l’entendre, bien des interprétations peuvent être biaisées et Jean-Pierre Lebrun s’attache à souligner les chausse-trappes. Mais Pompéi reste une réelle source de documentation sur la vie privée, l’évolution des techniques et sur la vie économique. L’archéologue ouvre avec ce cours un nouveau chapitre consacré à la place de l’artisanat dans la cité campanienne.

Jean-Pierre Brun rappelle le débat contemporaine sur le rôle des villes antiques, villes parasites des campagnes ou villes de productions indépendantes de la rente foncière ? Or ce débat a pu être faussé par les premières interrogations du site, tournées vers les pièces spectaculaires et dans un contexte de valorisation des interrogations politiques et religieuses. Dans sa leçon inaugurale, Jean-Pierre Brun rappelle :

"Longtemps négligée, l’archéologie des activités artisanales et manufacturières, a pris durant les vingt dernières années un nouvel essor, tant en proposant des modèles à partir des installations bien conservées comme celles de Délos ou de Pompéi qu’en s’interrogeant sur leur importance relative."

Ce n’est que plus tard que l’on a pu compter le nombre des ateliers, les productions et cerner leur clientèle, nous dira-t-il aujourd’hui.

Cette histoire se heurte aussi au manque de sources, quand les ateliers sont mobiles et les matières dégradables comme le bois et le textile, qui ne laissent quasiment aucune trace.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 18 octobre 2016, pour le cours de Jean-Pierre Brun, Le développement urbain de Pompéi de l’époque coloniale au 1er siècle après JC.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Merryl Moneghetti
Coordination
Anne Sécheret
Réalisation