La ville d'Ur : environnement et urbanisme : épisode 3/10 du podcast La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne

Photographie aérienne du quartier sacré du site d'Ur à la période des fouilles britanniques, 1927.
Photographie aérienne du quartier sacré du site d'Ur à la période des fouilles britanniques, 1927. - Royal Air Force official / Domaine public
Photographie aérienne du quartier sacré du site d'Ur à la période des fouilles britanniques, 1927. - Royal Air Force official / Domaine public
Photographie aérienne du quartier sacré du site d'Ur à la période des fouilles britanniques, 1927. - Royal Air Force official / Domaine public
Publicité

Quel est le cadre naturel et urbain de la ville d'Ur, en Irak, puissante cité sumérienne au IIIe millénaire avant J.-C., un temps capitale d'empire et ville importante encore, au IIe millénaire avant J.-C. ?

Avec
  • Dominique Charpin Assyriologue, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "Civilisation mésopotamienne"

Que savons-nous des marais et du cours antique de l'Euphrate qui se trouve aujourd'hui à l'Est du site archéologique ? Où se situait la côte dans l'Antiquité, la ville étant proche du golfe persique ? Quel est l'apport de la prise en compte de la dimension régionale de cette grande cité ?

L’épigraphiste Dominique Charpin, qui a une formation d’archéologie et de philologie, titulaire de la chaire « Civilisation mésopotamienne », nous entraîne à la redécouverte de « La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne », entre recherches de terrain et analyse de textes.

Publicité

Que pouvons-nous savoir aujourd’hui des villes des environs – Eridu, Gaeš… Pourquoi le clergé d’Eridu s’est-il réfugié à Ur ? Comment appréhender le plan de la ville d’Ur et ses vestiges, ceux qui nous sont parvenus et ceux qui ont disparu ? Que pouvons-nous apprendre des murailles et des portes de la ville qui apparaissent dans des textes, ses quartiers d’habitation, des sanctuaires…

 La tour à étage (ziggourat) d'Eridu
La tour à étage (ziggourat) d'Eridu
- Dominique Charpin/Collège de France

Dans son livre, La vie méconnue des temples mésopotamiens, publié en 2017, Dominique Charpin rappelle :

Les sanctuaires constituaient un élément marquant du paysage urbain : les temples, et plus encore les tours à étages (ziggourats) qui les jouxtaient, se voyaient de loin ; de nos jours, c’est souvent encore le cas de leurs ruines dans le paysage plat du centre et du sud de la Mésopotamie. 

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 2 mai 2018,  pour le cours de Dominique Charpin, intitulé La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne, aujourd’hui « environnement et urbanisme »