L'arresto di Bernabò Visconti da parte degli uomini di Gian Galeazzo Visconti (anonimo) - Wikicommons
L'arresto di Bernabò Visconti da parte degli uomini di Gian Galeazzo Visconti (anonimo) - Wikicommons
L'arresto di Bernabò Visconti da parte degli uomini di Gian Galeazzo Visconti (anonimo) - Wikicommons
Publicité
Résumé

Comment lire en historien, "l'assommante littérature de célébration des puissants"? Quel est l’envers de la fiction politique, son reflet poétique et sa dissémination? s’interroge Patrick Boucheron. Que signifie la représentation de Bernabò Visconti en "chasseur impénitent"?

avec :

Patrick Boucheron (Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle)).

En savoir plus

Comment devient-il ce « tyran attirant »? Comment la poésie encomiastique s’est-elle développée autour des Visconti ? « A quoi peut bien servir une propagande si outrée »?   Pourquoi la formule « gouverner en prose, dominer en vers? » Et que nous apprend le banquet macabre de Domitien? 

Patrick Boucheron, titulaire de la chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, passionné de littérature et d'analyse d’images, poursuit la réflexion sur les fictions politiques engagée en 2017. La série de cette année se concentre sur l’Italie urbaine et médiévale entre 1300 et 1500 et sur le genre de la nouvelle depuis Boccace, tout en visitant d’autres genres et d’autres oeuvres, comme les Pasquinades, le Lamento di Bernardo Visconti. L’historien s’attache à l’opposition entre Milan, la ville des Visconti et Florence qui se présente en championne de la libertas. Depuis les deux derniers cours, il nous présente un régime seigneurial à la croisée des chemins en Italie : où se distinguent deux manières de gouverner, l’une portée par Galeazzo II et l’autre par Bernabò Visconti

Publicité

"La confrontation entre ces deux styles de gouvernement est emblématique, souligne le médiéviste, d’un régime seigneurial qui se trouve, dans l’Italie du Nord du deuxième tiers du XIVe siècle, à la croisée des chemins entre la poursuite prudente d’une politique d’inspiration communale et le tournant nettement revendiqué d’un pouvoir de type princier." 

Peut-on comprendre « pourquoi la poésie encomiastique opposait le bon pasteur Giovanni à ses fils chasseurs? s’interroge Patrick Boucheron, puis opposait Bernabò à Galeazzo, l’un étant aussi blond que l’autre était noir, puis opposait la force et la justice dans le gouvernement même de Bernabò, avant de le laisser là, en 1385, capturé lui même, à l’issue d’une traque que décrit le Lamento. Le chasseur chassé, le pouvoir captivant et capturé. » 

Tout est-il clair ? Demande-t-il encore. Après avoir analysé la portée politique de la poésie satirique, le médiéviste questionne les rimes et leurs ruses, avant de demander pourquoi Franco Sachetti qui a consacré des chansons féroces à Bernabò peut-il en faire un héros attirant quand il écrit dans l’une de ses nouvelles : 

« Bien qu’il fut cruel, il y avait dans ses cruautés une grande part de justice » ?

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, les 13 et 20 mars 2018 pour le cours de Patrick Boucheron, aujourd’hui "Le cas Bernabò, second volet, ruses, rimes et dissémination"

Références

L'équipe

Moneghetti Merryl
Moneghetti Merryl
Merryl Moneghetti
Coordination
Anne Sécheret
Réalisation