Joseph interprete le reve de Pharaon ( Genese) - Gravure colorisee, 19eme siecle, extraite de Histoire des Nations
Joseph interprete le reve de Pharaon ( Genese) - Gravure colorisee, 19eme siecle, extraite de Histoire des Nations ©AFP - PRIVATE COLLECTION / LEEMAGE
Joseph interprete le reve de Pharaon ( Genese) - Gravure colorisee, 19eme siecle, extraite de Histoire des Nations ©AFP - PRIVATE COLLECTION / LEEMAGE
Joseph interprete le reve de Pharaon ( Genese) - Gravure colorisee, 19eme siecle, extraite de Histoire des Nations ©AFP - PRIVATE COLLECTION / LEEMAGE
Publicité

Comment Joseph, jeune Hébreu qui devient, dans la Genèse, le vizir de Pharaon, peut-il être une figure d’identification pour la diaspora ?

Avec
  • Thomas Römer Administrateur du Collège de France et Professeur titulaire de la chaire "Milieux bibliques"

Rediffusion de l'émission du 20 septembre 2016.

Dans le cours qu’il consacre cette année à la Bible et à l’Egypte, le philologue exégète, Thomas Römer nous propose une analyse historico-critique et au plus près du texte de l’Histoire de Joseph, ce chef d’œuvre biblique qui met en scène une « success story » avant la lettre.

Publicité

Joseph exilé malgré lui en Egypte, grâce à son don pour interpréter les rêves devient, dans cet épisode, le suivant de pharaon, le "numéro deux" après le roi dans son pays d'adoption. Non seulement, il interprète, nous explique Thomas Römer, mais il est aussi en mesure de conseiller le roi, suite aux 2 célèbres rêves qui n’en font qu’un, des 7 vaches grasses dévorées par les 7 vaches maigres et des 7 gras beaux épis, mangés à leur tour, par les épis "maigres et brûlés par le vent". Pharaon a déjà compris le sens menaçant de ces songes. Il cherche une résolution. En lui expliquant qu’à l’abondance suivra la famine, Joseph va l’aider à préparer le pays à cette situation. Thomas Römer anticipant sur un cours à venir nous indique qu’il y voit déjà les prémices d’un capitalisme avant de s’attacher aux signes et aux mots qui qualifie l’ascension sociale de son héros qui prend dès lors apparence et nom égyptiens. Ici le narrateur pousse très loin les signes de l’intégration et même le terme choisi pour désigner "Dieu", dans ce passage, sert la "cohabitation" avec les Égyptiens par ses qualités d’allusion à la figure divine.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Thomas Romer intitulé « La Bible et l’Egypte, Les rêves de Pharaon et l’ascension de Joseph (Genèse chapitre 41) le 31 mars 2016.

Pour prolonger :

- documents autour du cours de Thomas Römer du 31 mars 2016

- Les œuvres de James Tissot inspirées par la Bible et par l'Histoire de Joseph sur le site du Jewish Museum à New York.