Les étudiants en grève sont rassemblés dans la cour intérieure de la Sorbonne occupée, à Paris, le 20 mai 1968. Une banderole avec le slogan "Servir le peuple" est déployée à côté d'affiches de Mao Zedong, Lénine et Karl Marx.  ©AFP -  UPI / AFP
Les étudiants en grève sont rassemblés dans la cour intérieure de la Sorbonne occupée, à Paris, le 20 mai 1968. Une banderole avec le slogan "Servir le peuple" est déployée à côté d'affiches de Mao Zedong, Lénine et Karl Marx. ©AFP - UPI / AFP
Les étudiants en grève sont rassemblés dans la cour intérieure de la Sorbonne occupée, à Paris, le 20 mai 1968. Une banderole avec le slogan "Servir le peuple" est déployée à côté d'affiches de Mao Zedong, Lénine et Karl Marx. ©AFP - UPI / AFP
Publicité
Résumé

Qu’est-ce que la "tempête de 68"? Comment "la Chine des années 1960 a-t-elle pu entrer en résonance synchronisée avec les agitations françaises" alors que le pays était enfermé hermétiquement sous Mao? Demande le linguiste et critique social, Chu Xiaoquan.

avec :

Xiaoquan Chu (Professeur à l’Université Fudan, à Shanghai, en Chine), Anne Cheng (Sinologue, titulaire de la chaire « Histoire intellectuelle de la Chine » au Collège de France.).

En savoir plus

Qu’est-ce qui était "su et senti" par les Chinois des grands mouvements de 1968 et de la révolution parisienne? Quel rôle a joué le Quotidien du Peuple en Chine et quels ennemis du mouvement insurrectionnel français a-t-il désignés ? Comment Jacques Sauvageot, Alain Geismar et Daniel Cohn-Bendit ont -ils été ignorés comme leaders, dans le récit du Quotidien du peuple, au profit de Jacques Jurquet, du Parti Communiste Marxiste Léniniste de France, secrétaire général de l’Humanité nouvelle? Quels sont les risques de "remplacer l’espace au temps" quand on aborde l’histoire des mouvements de 1968? 

Professeur à l’Université Fudan, à Shanghai, en Chine, Chu Xiaoquan  est reçu par Anne Cheng, titulaire de la chaire, "Histoire intellectuelle de la Chine". En cette année du cinquantenaire de Mai 68, le critique-linguiste nous propose un regard décalé et stimulant, de la Chine à la France, sur les événements de mai et sur la propagande dans la douloureuse Chine de la Révolution culturelle…

Publicité

François Mauriac commentait à l'occasion de la fête du quinzième anniversaire de la proclamation de la République, le 2 octobre 1964 dans le grand magazine d'actualités Cinq Colonnes à la Une

La Chine d'aujourd'hui. Nous visons quelques instants au plus épais de ce peuple ressuscité. Mais est-il composé d'êtres vivants, et qui ont une vie personnelle? On dirait des insectes. C'est admirable et c'est horrible : je pense à ces slogans en l'honneur de Mao qui ne cessent de retentir durant les douze heures de travail et qui continuent tout au long des repas : ce serait à pleurer de pitié, cette humanité condamnée à se gargariser de Mao dès la pouponnière, qui vit et mange et qui se distrait sans presque quitter l'usine, si nous sentions que l'abus même de la propagande l'a rendue inoffensive : ce peuple de fourmis circule à travers les haut-parleurs et les portraits géants de Mao sans plus rien entendre et sans plus rien voir. Mais qu'on est content de contempler une chambre, un lit, où l'homme et la femme chinoise se trouvent enfin et se rejoignent, toute lampe éteinte, pour que le portrait de Mao ne les regarde pas s'aimer. 

Et nous gagnons le Collège de France, le 7 juin 2018 pour la conférence de Chu Xiaoquan, "Mai 1968 vu de la Chine". C'est Anne Cheng qui le présente.

Pour prolonger :

Xiaoquan Chu, « De quoi la "Révolution culturelle" est-elle le nom ? », Perspectives chinoises, 2016/4

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Archives INA :

Extrait de la matinale, Inter actualités, journal de 8H00, diffusé le mardi 2 mai 1978, "L'anniversaire de Mai 1968" sur France Inter : interview d'Alain Geismar, un des leaders des mouvements étudiants sur la signification de mai 68, ce qu'il en a retenu, dix ans après, l'expression directe qui a révolutionné les rapports dans la société et le rire de Daniel Cohn-Bendit face aux CRS.

Extrait du magazine télévisé Zoom, produit par Alain de Sedouy et André Harris, le 24 février 1966 :  Reportage de Jean-Paul Thomas avec Robert Buchard à Marseille sur les "communistes pro-chinois" groupés en un "cercle marxiste-léniniste", en rupture avec la ligne dite "révisionniste" du Parti Communiste français. Interview d'un jeune Marseillais sur l'Humanité Nouvelle et les communistes pro-Chinois et de Jacques Jurquet à propos de son adhésion au programme du PCC.

Extrait de Correspondance de PEKIN, par Jean-Vincent, diffusée dans le journal de 13H,  Inter actualités du 15 septembre 1966 :  La manifestation en présence de MAO-Tse-TOUNG, LIN-PIAO, CHOU-EN-LAI, en faveur de la Révolution culturelle.