Alfortville, juin 2005: Mr Akkak, magasinier et sa fille atteinte de saturnisme, vivant dans un logement insalubre
Alfortville, juin 2005: Mr Akkak, magasinier et sa fille atteinte de saturnisme, vivant dans un logement insalubre
Alfortville, juin 2005: Mr Akkak, magasinier et sa fille atteinte de saturnisme, vivant dans un logement insalubre ©Getty - Après le diagnostic de l'enfant, la famille a été placée à l'hôtel, en attente d'un relogement. - Louise OLIGNY/Gamma-Rapho via Getty Images
Alfortville, juin 2005: Mr Akkak, magasinier et sa fille atteinte de saturnisme, vivant dans un logement insalubre ©Getty - Après le diagnostic de l'enfant, la famille a été placée à l'hôtel, en attente d'un relogement. - Louise OLIGNY/Gamma-Rapho via Getty Images
Alfortville, juin 2005: Mr Akkak, magasinier et sa fille atteinte de saturnisme, vivant dans un logement insalubre ©Getty - Après le diagnostic de l'enfant, la famille a été placée à l'hôtel, en attente d'un relogement. - Louise OLIGNY/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité
Résumé

Pourquoi la reconnaissance du saturnisme infantile, en France, a-t-elle été "tardive" et "longtemps contrariée"? S’interroge Didier Fassin. Comment est-on passé d’une maladie perçue, comme "rare" dans les années 1980, à une "épidémie qualifiée de silencieuse", 12 ans plus tard?

avec :

Didier Fassin (Anthropologue, sociologue, médecin et professeur).

En savoir plus

Nouvelle diffusion du 14 juin 2021

Comment est-on passé de la médecine à la santé publique? 

Publicité

Médecin, sociologue et anthropologue, Titulaire de la chaire annuelle de Santé publique, en 2020-2021 au Collège de France, Didier Fassin est professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d'études à l’EHESS. Après sa leçon inaugurale sur l’inégalité des vies, question récurrente au cœur de ses recherches, il nous propose pour sa série de cours, "des excursions anthropologiques, dans les mondes de la santé publique".  

"Il s’agit donc de "traiter de la santé publique, non comme un fait social total, nous dit-il_, mais à travers une diversité de faits sociaux partiels, dans lesquels elle se trouve ou s'est trouvée engagée." _

Dans la présentation de sa chaire, Didier Fassin explique:

"La santé publique, en tant que gouvernement de la vie, est sans cesse confrontée aux limites de ses compétences et de ses prérogatives : le logement en relève- t-il quand l’habitat vétuste peut causer des intoxications au plomb ? la discrimination est-elle de son ressort lorsqu’on sait qu’elle entraîne des troubles psychologiques et organiques ? Ainsi la santé publique est-elle, en permanence, en redéfinition".

58 min

Les premiers travaux de Didier Fassin ont porté sur la production et la construction des problèmes de santé, en particulier autour du saturnisme infantile en France, de la mortalité maternelle en Équateur, du handicap au Sénégal, et du sida en Afrique australe. Analysant les enjeux politiques et moraux des sociétés contemporaines, il a également travaillé sur les inégalités sociales et les discriminations raciales.

Dans son ouvrage, La vie. Mode d'emploi critique, publié en 2018, Didier Fassin indique :

"Révéler les contradictions qui traversent l’économie morale de la vie ne rend pas les sociétés contemporaines plus justes, mais fournit des armes à celles et ceux qui veulent lutter pour les rendre plus justes. Dans un temps où les disparités s’accroissent, où les discours d’exclusion et les pratiques de discrimination se banalisent, (…) et où, de surcroît, le mensonge et l’illusion s’imposent comme des instruments majeurs de la conquête du pouvoir et de modes de gouvernement, la critique n’a pas à choisir entre combativité et lucidité, entre contestation des idéologies trompeuses et contestation des fausses évidences. Donner à voir et à comprendre ce que signifie et ce qu’implique l’inégalité du traitement des vies humaines relève à la fois de l’engagement intellectuel et de l’engagement politique dont peut, modestement, se prévaloir le travail critique".

"En quoi l’anthropologie peut-elle alors contribuer à une meilleure compréhension de la santé publique?" Demande Didier Fassin. De quelle façon la santé publique a-t-elle émergé comme une réalité nouvelle dans le monde social et comment la découverte du saturnisme infantile lié au plomb des peintures à Paris entre-t-il en jeu?

Nov. 2001: Une maman montre les murs recouverts d'une peinture à base de plomb qui est la cause de 5 cas de saturnisme dépistés dans le centre de Bordeaux
Nov. 2001: Une maman montre les murs recouverts d'une peinture à base de plomb qui est la cause de 5 cas de saturnisme dépistés dans le centre de Bordeaux
- Chez des enfants de 16 mois à 7 ans. - DERRICK CEYRAC / AFP - AFP

Didier Fassin explique en début de cours : 

"Je reprends ici une enquête historique et sociologique conduite il y a quelques années avec Anne-Jeanne Naudé à Paris et en Seine-Saint-Denis sur une épidémie singulière puisqu’elle n’implique pas un microbe mais un métal lourd : le saturnisme infantile. Cette enquête servira en quelque sorte de fil rouge au long de ces leçons. Comme l’écrit l’historienne de la médecine Elizabeth Fee, "l’intoxication des enfants par le plomb des peintures est un problème classique de santé publique, touchant bien au-delà de la science, la politique, l’économie, l’éducation et l’appartenance raciale". À cette liste, j’ajouterais volontiers la morale et l’éthique". 

Nous gagnons le Collège de France, le 14 avril 2021, pour le cours de Didier Fassin, Aujourd’hui "Naissance de la santé publique".

Pour prolonger :

Quelques publications de Didier Fassin:

  • « Les mondes de la santé publique : excursions anthropologiques » fait l’objet d’un livre aux Editions du Seuil en septembre 2021. 
  • Sa leçon inaugurale a été publiée sous le titre De l’inégalité des vies chez Fayard avec le Collège de France.
  • Parmi ses nombreux ouvrages,  rappelons, La Vie, mode d’emploi critique publié au Seuil en 2018 et en Points en 2021.