Heneage Lloyd and His Sister par Thomas Gainsborough, vers 1750, Musée Fitzwilliam/Château de Chantilly, jardin et parc dessinés André Le Nôtre
Heneage Lloyd and His Sister par Thomas Gainsborough, vers 1750, Musée Fitzwilliam/Château de Chantilly, jardin et parc dessinés André Le Nôtre
Heneage Lloyd and His Sister par Thomas Gainsborough, vers 1750, Musée Fitzwilliam/Château de Chantilly, jardin et parc dessinés André Le Nôtre - Wikicommons
Heneage Lloyd and His Sister par Thomas Gainsborough, vers 1750, Musée Fitzwilliam/Château de Chantilly, jardin et parc dessinés André Le Nôtre - Wikicommons
Heneage Lloyd and His Sister par Thomas Gainsborough, vers 1750, Musée Fitzwilliam/Château de Chantilly, jardin et parc dessinés André Le Nôtre - Wikicommons
Publicité
Résumé

Quel est l’essor d’une méthode distincte, dite "école du droit naturel", à partir de 1650? Demande l’historien du droit Alain Wijffels. Quels sont les liens de ce "modèle plus théorique, avec les courants rationalistes? Pourquoi parler de "jardin" pour introduire le droit de la Raison?

avec :

Alain Wijffels (Professeur, spécialiste de l’histoire comparative du droit).

En savoir plus

Alain Wijffels, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des grandes cultures juridiques européennes françaises, anglaise et allemandes, historien du droit, né en Suisse, passé par Anvers, Paris, Louvain et Cambridge », a été titulaire de la nouvelle chaire européenne du Collège de France pour l’année académique 2016-2017. Il est actuellement professeur aux universités de Leyde aux Pays Bas et à Louvain et Louvain-la-Neuve en Belgique. Dans le cadre de la série de cours qu'il a donnés au Collège de France, sous le titre, "Miroir et mémoire de l'Europe : à la recherche d'une culture juridique partagée, du Moyen Âge à l'Époque contemporaine", il propose "de chercher comment observer et penser des manifestations du droit en Europe qui, au-delà des particularismes, permettent d'y reconnaître des caractéristiques partagée ou susceptibles d'être partagées".

Dans sa leçon inaugurale, il rappelait : « Il s'agit de s'interroger tant en rapport avec le droit qu’avec le discours historique sur les modes de gouvernance capables d'accommoder dans une société démocratique des intérêts minoritaires sans pour autant affaiblir indûment l'efficacité de la gouvernance publique. » Alain Wijffels s’est fixé pour cap général de son enseignement au Collège de France, l’idéal d’Etat de droit.

Publicité

Le juriste interroge et use de la métaphore de l’art du jardinage à l'époque moderne? La common law serait elle rébarbative et le code français serait il un mode de pensée plus systématique, selon les clichés ? Ces deux types de jardins reflètent ils aussi deux types de régimes politiques?

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 11 mai 2017, pour le cours d’Alain Wijffels, aujourd’hui , "Si Domat m’était conté : l’arti cialité du jardin anglais, l’ordre naturel du jardin à la française".

Références

L'équipe

Anne Sécheret
Réalisation