Disque inca en obsidienne
Disque inca en obsidienne - MNHN - Patrick Lafaite
Disque inca en obsidienne - MNHN - Patrick Lafaite
Disque inca en obsidienne - MNHN - Patrick Lafaite
Publicité

D'un noir élégant et mystérieux, le disque inca en obsidienne est le tout premier objet précolombien à être entré dans les collections nationales françaises. Son effet miroir pourrait nous perdre dans des considérations divinatoires, alors qu'il ne reflète que notre silhouette, notre âme peut-être, jusqu'à s'y perdre. Une histoire racontée par le minéralogiste François Farges.

Dans la Galerie de Minéralogie, on trouve un objet où le noir domine, doté d'un reflet dans lequel on découvre un monde de nuances ocres. Ce disque biconvexe est composé d'obsidienne, une roche vitreuse volcanique, et provient d’une sépulture inca. Il fut excavé en 1733 lors de l’ascension du volcan Pichincha, au pied de la ville de Quito en Amérique du Sud : un groupe de scientifique français cherchait à mieux mesurer la position de l’équateur terrestre et vérifier la loi de Newton pour Louis XV en faisant des mesures géodésiques. De retour en France en 1739, ce disque intègre le Cabinet du roi au Jardin des plantes (ancêtre du Muséum).

On remarque un travail de polissage d'une grande méticulosité et précision, d'une remarquable régularité. L'effet miroir est probablement ornemental, mais pour François Farges, cet objet lui fait penser aux mots de l'écrivain Roger Caillois qui parlait de l'obsidienne, comme « le miroir obscur de l'âme »

Publicité

►Le Disque inca en obsidienne se trouve dans la Galerie de Minéralogie au Jardin des Plantes à Paris. Retrouvez plus d'informations sur le Disque inca au Muséum national d'Histoire naturelle.

Une série produite par Tao Favre, réalisée par Vincent Decque