Les oeufs de l'Aepyornis, cet oiseau immense : épisode 4/7 du podcast La collection de paléontologie

Un des œufs de l'Aepyornis, présenté dans la Galerie de paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris
Un des œufs de l'Aepyornis, présenté dans la Galerie de paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris - MNHN - Laurent Bessol
Un des œufs de l'Aepyornis, présenté dans la Galerie de paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris - MNHN - Laurent Bessol
Un des œufs de l'Aepyornis, présenté dans la Galerie de paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris - MNHN - Laurent Bessol
Publicité

Dans la Galerie de Paléontologie, les 6 œufs de l’Aepyornis détonnent par leur taille, proche de celle d'un ballon de rugby. Cet oiseau, cousin de l'autruche, date d'il y a seulement 1000 ans. Aujourd'hui disparu, cet animal recèle encore beaucoup de mystères. Une histoire racontée par le paléontologue Ronan Allain.

Les œufs de l'Aepyornis sont arrivés en janvier 1851, conservés dans la Galerie  de Paléontologie et d'Anatomie comparée,  par le truchement d'un marchand qui avait fait escale à Madagascar. C'est le zoologiste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire qui va les décrire, à travers une communication à l'Académie des sciences, dans laquelle il pose déjà la question de l'origine de l'oiseau.

Le premier squelette n'a été monté qu'en 1894, et on découvre alors un animal gigantesque, de près de 500 kilos, au cou allongé, à la longue colonne vertébrale, des membres antérieurs inexistants et un bassin très développé au fémur très court, qui démontre sa force de grand coureur, tout comme ses tarsométatarses allongés : ces os du pieds qui fusionnent les uns avec les autres pour ne former qu'un seul et unique os chez les oiseaux. Des caractéristiques très proches de son cousin l'autruche. Après ses œufs, les scientifiques ont découvert de nombreux éléments osseux fossilisé de ces grands oiseaux qui leur ont permis de remonter des squelettes entiers

Publicité

Sa disparition est éminemment liée aux prédateurs introduits par l'homme sur l'île de Madagascar, puisque des traces de coupures sur les os et des coquilles calcinées ont été retrouvées. Encore aujourd'hui, demeurent de nombreuses questions sur l'origine de cet animal, son mode de vie, et son mode de reproduction.

►Les oeufs de l'Aepyornis se trouvent dans la Galerie  de Paléontologie et d'Anatomie comparée au Jardin des Plantes à Paris. Retrouvez plus d'informations sur les oeufs de l'Aepyornis du Muséum national d'Histoire naturelle.

Une série produite par Tao Favre, réalisée par Vincent Decque

L'équipe