Plus long dinosaure connu à ce jour, le Diplodocus Carnegii est présenté dans la Galerie de Paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris
Plus long dinosaure connu à ce jour, le Diplodocus Carnegii est présenté dans la Galerie de Paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris - MNHN - Bernard Faye
Plus long dinosaure connu à ce jour, le Diplodocus Carnegii est présenté dans la Galerie de Paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris - MNHN - Bernard Faye
Plus long dinosaure connu à ce jour, le Diplodocus Carnegii est présenté dans la Galerie de Paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris - MNHN - Bernard Faye
Publicité

Le Diplodocus est probablement le dinosaure le plus célèbre au monde, et le plus emblématique du Muséum national d'Histoire naturelle. Avec sa colonne vertébrale de 27m de long, et sa queue interminable, ce sauropode est un symbole d'universalité, à découvrir en écoutant le paléontologue Ronan Allain.

Dans la Galerie de Paléontologie, une colonne vertébrale de 27 mètres s’élève au-dessus des autres squelettes. Un cou et une queue interminables, séparés par 4 énormes pattes qui écrasent le sol. Le monstre, à l'allure de pont suspendu, faisait près de 16 tonnes. Découvert pour la première fois en 1898, son squelette est remonté et montré pour la première fois au Muséum d'Histoire naturelle à Paris en 1908. Cette inauguration, en présence du Président de la République Armand Fallières et du président du Conseil Georges Clémenceau, connaît un succès tel que près de 10 000 visiteurs viennent le voir pendant la première semaine.  

A l'initiative du grand magnat Andrew Carnegie, son squelette est recopié et présenté au début du 19ème siècle, à la fois aux États-Unis, dans toutes les grandes capitales d'Europe, et en Amérique du Sud, devenant un symbole du lien entre les peuples. Le Diplodocus est à l'origine de la fascination que l'on connaît aujourd'hui pour les dinosaures, et il reste aujourd'hui un des points d'ancrage pour la galerie du Muséum à d'Histoire Naturelle de Paris.    

Publicité
Image d'archive du Diplodocus Carnegii, dans la Galerie de Paléontologie
Image d'archive du Diplodocus Carnegii, dans la Galerie de Paléontologie
- MNHN

Le diplodocus a-t-il vraiment disparu ?  

Dans la nature actuel, aucun animal n’atteint cette taille-là, les dinosaures ont un métabolisme moins exigeant que les mammifères. Ils n'ont pas besoin d'autant de nourriture que les mammifères. Les dents du Diplodocus font à peine 3cm de long. Il n'y a pas de dent à l'arrière de la bouche, ce qui démontre qu'il ne mâchait pas sa nourriture. Il l'arrache et l'ingère. C'est un animal sans limite de croissance.  

Les dinosaures ont développé une stratégie en terme d'allègement du squelette qu'on va retrouver chez leurs descendants que sont les oiseaux. Si ces animaux ont atteint des tailles aussi importantes, c'est parce qu'ils ont été des succès évolutifs. Aujourd'hui, avec le recul, le Diplodocus qui est là n'est plus présent dans la nature actuelle, bien qu'une partie de son génome se retrouve à travers celui des oiseaux. Mais on peut faire le lien. Au début du siècle, personne n'aurait fait le lien entre ces grandes structures creuses que l'on voit sur les vertèbres et le squelette creusé des oiseaux qui présente les mêmes sacs aériens. Aujourd'hui, on sait que le lien existe, il y a une forme d'hérédité.
Ronan Allain, paléontologue

►Le Diplodocus se trouve dans la Galerie de Paléontologie et d'Anatomie comparée au Jardin des Plantes à Paris. Retrouvez plus d'informations sur le Diplodocus du Muséum national d'Histoire naturelle.

La Méthode scientifique
58 min

Un podcast produit par Tao Favre, réalisé par Vincent Decque

L'équipe