Les manchots de Humbolt vivent en groupe
Les manchots de Humbolt vivent en groupe - MNHN - François-Gilles Grandin
Les manchots de Humbolt vivent en groupe - MNHN - François-Gilles Grandin
Les manchots de Humbolt vivent en groupe - MNHN - François-Gilles Grandin
Publicité

C’est une vie à la fois grégaire et solitaire que mènent les quelques dizaines de manchots de Humboldt du Parc zoologique de Paris. Autour de leur bassin, ils forment un groupe soudé. De la famille des sphéniscidés, habillés d’une robe noire et blanche tachetée, ces oiseaux sont des poissons comme les autres… Une histoire racontée par la vétérinaire Aude Bourgeois.

Au Parc zoologique de Paris, un groupe de 23 individus aux pieds palmés se déplace de façon déséquilibrée. Ce sont les manchots de Humboldt, des oiseaux de la famille des sphéniscidés qui vivent exclusivement dans l'hémisphère Sud, en Amérique du Sud plus exactement, sur la côte chilienne. Tout de noir et de blanc vêtus, ils sont dotés de petites tâches qui les rendent uniques, à l'instar d'une carte d'identité corporelle. Grâce à leur plumage hermétique à l'eau, et des ailes rigidifiées, ils sont d'excellents nageurs, pouvant atteindre une vitesse de pointe de 30 km/heure. Monogames et très fidèles à leurs nids, ils vivent et se déplacent en groupe.

Une espèce en déclin

Les manchots de Humboldt sont une espèce classée vulnérable, sur la liste rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Il reste aujourd'hui à peu près 12 000 manchots à l'état sauvage alors qu'en 1980, on estimait ce nombre à environ 20 000 individus. Les populations sont en déclin constant.

Publicité

Mais depuis 2020, des projets pilotes sont mis en place avec le CNRS sur le suivi physiologique de l'espèce :

Il y a des programmes de protection pour essayer de mieux connaître ces espèces. Les manchots de Humboldt du Parc zoologique de Paris contribuent à ces recherches car un projet original est lancé actuellement. On essaie de découvrir quelles sont ses particularités physiologiques, avec des petits capteurs placés sous la peau de l'animal qui permettent de récupérer des données. Ce sont des données sur la température, le rythme cardiaque, des données de positions pour comprendre leur adaptation, leur stress, leurs réactions à la météo… Ce système mis au point est ensuite utilisé par des équipes scientifiques sur le terrain, pour étudier leurs cousins dans les terres australes. Affaire à suivre… (Aude Bourgeois)

À réécouter : Perversité polaire
Le Monde vivant
3 min

►Les manchots de Humboldt se trouvent au Parc zoologique de Paris. Retrouvez plus d'informations sur les manchots de Humboldt du Parc zoologique de Paris.

Une série produite par Tao Favre, réalisée par Vincent Decque

L'équipe