Michaël Stolleis ©Radio France - Corinne Amar
Michaël Stolleis ©Radio France - Corinne Amar
Michaël Stolleis ©Radio France - Corinne Amar
Publicité
Résumé

Antoine Garapon reçoit Michael Stolleis, Professeur à l’université de Francfort, qui vient de publier : "Le droit à l’ombre de la croix gammée. Études sur l’histoire du droit du national-socialisme" (Lyon, ENS éditions 2016).

avec :

Michaël Stolleis (Professeur de droit).

En savoir plus

La barbarie nazie, paradoxalement, n’a jamais rompu avec le droit. Quel fut le travail des juristes ? Comment ont-ils pu s’accommoder du non-droit au cœur du droit ? C’est à la réponse à de telles questions que le grand historien allemand Michaël Stolleis a consacré l’essentiel de ses recherches. AG

Avant de parler de l'attitude du droit et des juristes à l'époque du nazisme, et de la constitution de Weimar, avant d'évoquer "la mission de l'histoire du droit", son "devoir pédagogique" ; informer sur le passé, notre invité commence par son choix musical: La sonate n°16 en mi mineur pour piano, de Joseph Haydn. Mélomane et musicien, Michaêl Stolleis apprécie de l'écouter, de la jouer; elle le renvoie à l'âge d'or de la musique"...

Publicité

"Le devoir de l'histoire, c'est d'expliquer le passé, et dans les salles de classes de l'université, expliquer le passé aux jeunes gens." "(...) Mon père était prisonnier de guerre en Australie, il avait une autre vision du passé. je me suis forgé ma propre image du passé (....). Il était maire d'une grande ville industrielle, il est allé dans l'armée en 1938; il a quitté sa fonction, est devenu soldat. C'était honorable". Il évoquera les années qui l'ont fait grandir, qui l'ont structuré, il évoquera aussi le souvenir de la Shoah. "Cette conscience-là ne peut pas persister. En général, l'assassinat des Juifs pendant la Shoah, c'est un événement qui ne va pas périr, mais on se doit de continuer à informer. (...) "

"Je ne suis pas une machine, je suis un être de compassion pour ceux qui ont été victimes, je suis souvent allé en Israël, j'ai rencontré des familles de victimes. Cela me touche, mais dans le même temps, je me dois de séparer mes sentiments de mon rôle d'historien."

"On doit toujours repenser, revitaliser ses documents".

Références

L'équipe

Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Corinne Amar
Collaboration