IRAQ-ISIS-Human disaster, camp de réfugiés Al-Khazer, à l'est de Mossoul
IRAQ-ISIS-Human disaster, camp de réfugiés Al-Khazer, à l'est de Mossoul
IRAQ-ISIS-Human disaster, camp de réfugiés Al-Khazer, à l'est de Mossoul ©Sipa - MORTEZA NIKOUBAZL/SIPA
IRAQ-ISIS-Human disaster, camp de réfugiés Al-Khazer, à l'est de Mossoul ©Sipa - MORTEZA NIKOUBAZL/SIPA
IRAQ-ISIS-Human disaster, camp de réfugiés Al-Khazer, à l'est de Mossoul ©Sipa - MORTEZA NIKOUBAZL/SIPA
Publicité
Résumé

Régis Debray reçoit Bertrand Badie, professeur des universités à Sciences Po Paris. Sous sa direction: "Nouvelles guerres : comprendre les conflits au XXIe siècle" (La Découverte) et "Qui gouverne le monde?: l'état du monde 2017" (La Découverte)

avec :

Bertrand Badie (Politiste, spécialiste des relations internationales, professeur émérite des universités à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)).

En savoir plus

Depuis la fin de la guerre froide en 1989, les conflits ont quitté le monde des riches pour celui des pauvres.

Comprendre et analyser la violence sociale sous la guerre. Les mutations de l’inter-social l’emportent sur l’inter-étatique

Publicité

Les divisions ethniques et religieuses alimentent les nouveaux conflits, mais ils s’enracinent surtout dans les conséquences de la mondialisation, qui enrichit les plus riches et appauvrit les plus pauvres.

Par ailleurs, les théories internationales sont le fait des humiliants et non pas des humiliés

Les sociétés guerrières, tragédie d’aujourd’hui : Congo, Somalie, Nigéria, Mali, Syrie, Irak…Ces sociétés pallient au manque de l’Etat, l’exemple le plus tragique étant celui des enfants soldats qui pour survivre rejoignent des milices où ils seront logés, nourris

Importance de la négociation internationale, savoir penser l’altérité. La négociation ne signifie pas forcément la légitimation de l’autre. Exemple de l’accord diplomatique sur le nucléaire iranien de juillet 2015.

Références musicales : "Ivresse" de Omar khayyam chanté par Ali Reza Ghorbani

Références

L'équipe

René Frydman
René Frydman
René Frydman
Production
Leili Anvar
Production
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Production
Régis Debray
Production
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Antoine Garapon
Production
Didier Lagarde
Réalisation
Claire Poinsignon
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation
Thierry Beauchamp
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration
Corinne Amar
Collaboration