nains de jardin
nains de jardin - AFP/Leemage
nains de jardin - AFP/Leemage
nains de jardin - AFP/Leemage
Publicité

Un essai du sociologue Bertrand Mary revient sur la geste singulière de ce must du kitsch pavillonnaire.

Héritier des gnomes de pierre qui hantaient les fastueux jardins de la Renaissance italienne, devenu l'emblème standardisé du placide et modeste bonheur des laborieux, le nain de jardin a accédé au rang de diva kitsch, susceptible de tous les investissement symboliques : emblème de la hideur paysagère ou de l'activisme poétique, de l'auto-satisfaction ou de la révolte ouverte, figure de l'enracinement ou incarnation du prêt-à-jardiner petit-bourgeois, kidnappé, encensé ou conspué. Le sociologue Bertrand Mary reconstitue sa geste séculaire, de l'Allemagne Biedermeier à la la France contemporaine, de la Villa Valmarana à la villa "mon rêve". (éditions Imago)

L'équipe

François Angelier
François Angelier
François Angelier
Production