Sylvie Germain
Sylvie Germain
Sylvie Germain ©AFP - Miguel MEDINA
Sylvie Germain ©AFP - Miguel MEDINA
Sylvie Germain ©AFP - Miguel MEDINA
Publicité
Résumé

Le 16 juin ont eu lieu les écrits de français pour les candidats du bac général. Le commentaire de texte est tombé sur un extrait de "Jours de colère" de Sylvie Germain. Mais les lycéens l'ont jugé difficile et ont grandement insulté l'autrice sur les réseaux sociaux.

En savoir plus

Un texte de 20 lignes décrivant neuf frères, sortes d’hommes des bois, élevés dans les forêts du Morvan, "dans un passé indéterminé" prévenait l'introduction de l’épreuve.

L’idée pour les élèves était, comme le suggère un corrigé de l’épreuve publié par Le Monde le lendemain, de se demander comment les neuf fils ont été façonnés par l’environnement dans lequel ils ont grandi. Mais comme l’écrit Le Figaro Etudiant, "l’atmosphère sylvicole de l’extrait, l’opacité de certaines images et le champ lexical de la nature ont semble-t-il déstabilisé plus d’un candidat." Dans les heures qui ont suivi l’épreuve, Twitter, Instagram et TikTok ont été envahis de commentaires incendiaires et d’insultes adressés à l’autrice du texte, Sylvie Germain.

Publicité

"On peut connaître le nom des 9 fils svp?"

Voici les plus légères, fautes comprises : "ton texte il est finito, aucun sens, but, à part 9 bouffons nu dans la forêt qui vivent dans une maison de merde j'ai rien compris" ; "tu prend le commentaire tu ressors de la salle avec une formation de garde forestier", ou encore "on peut connaître le nom des 9 fils svp ?" ; "Ça m’avait pas manquer le livre de la jungle".

Les enseignants ont pris la défense de Sylvie Germain

Les autres commentaires vulgaires, insultants et parfois menaçants comme une vidéo TikTok vue 100 000 fois et aimée 12 000 fois, ont fait réagir, mais cette fois... dans l’autre sens. Les professeurs ont pris la défense de Sylvie Germain : “Bonjour l’intelligence des jeunes qui passent le bac de français et qui en veulent à #sylviegermain parce qu’elle possède plus de trois mots de vocabulaire…

Interviewée par Le Figaro Etudiant, Sylvie Germain confie : "Je ne suis qu’un prétexte, je ne me sens pas concernée personnellement. Je suis plutôt inquiète du symptôme que cela révèle". Et la romancière d'ajouter : "ils veulent des diplômes sans aucun effort et se clament victimes pour un oui pour un non et désignent comme persécuteurs ceux-là mêmes qu’ils injurient et menacent. Quels adultes vont-ils devenir ?..."

28 min
Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Elisa Verbeke
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée