Des manifestants maliens brandissent des drapeaux maliens et russes lors d'une manifestation à Bamako, en mai 2021 ©AFP - Michele Cattani / AFP
Des manifestants maliens brandissent des drapeaux maliens et russes lors d'une manifestation à Bamako, en mai 2021 ©AFP - Michele Cattani / AFP
Des manifestants maliens brandissent des drapeaux maliens et russes lors d'une manifestation à Bamako, en mai 2021 ©AFP - Michele Cattani / AFP
Publicité
Résumé

De plus en plus de photos affichant un soutien appuyé aux mercenaires russes et affirmant la présence de Wagner au Mali sont diffusées sur les réseaux sociaux. Qui sont les acteurs de cette propagande pro-russe ?

En savoir plus

Des négociations amorcées entre Bamako et Moscou

Au Mali, ça fait deux mois que le bruit court d'un accord entre le gouvernement putschiste de Bamako et Wagner, le groupe de mercenaires russe financé par Yevgeny Prigozhin, un homme d'affaires proche de Poutine. Selon la ministre française des Armées Florence Parly, les autorités maliennes cherchent à faire venir un soutien militaire de la société de sécurité russe pour se maintenir au pouvoir au-delà de la date de scrutin annoncée. Les discussions avec les mercenaires russes interviennent juste au moment où la France réduit les effectifs de son opération Barkhane et a déjà rendu deux bases militaires aux forces maliennes.

Après la République Centrafricaine ou le Vénézuela, où Wagner protège les hauts dignitaires de l’Etat, la Russie a ainsi trouvé une porte d’entrée vers un autre pays instable, mettant en péril l’opération française sur place. 

Publicité

Wagner en campagne sur les réseaux

Sur les réseaux sociaux, Wagner a déjà commencé sa campagne malienne : la milice privée multiplie les offensives sous camouflage d’emprunts tirés du registre musical. En ligne, Wagner se compare à un orchestre, décrit ses opérations de symphonies, ses armes d’instruments.

Comme le rapporte le Figaro, des photos grossièrement retouchées ou détournées apparaissent sur Telegram, Twitter et Facebook pour semer le doute sur la présence de mercenaires russes au Mali. Images sibyllines, reproductions du drapeau russe ou de l’écusson de Wagner font leur apparition comme autant de présages d’une action russe.

Le revers de la médaille

Souvent, les photos sont relayées par des comptes comme “REVERSE SIDE OF THE MEDAL” (le revers de la médaille), le slogan du groupe Wagner, assorties du logo du groupe, une tête de mort entourée d’obus. Des photos de graffitis peint sur des murs maliens mettant en scène l’amitié russo-malienne et diffusées sur Twitter s’avèrent être des faux grossièrement photoshoppés, selon Jack Margolin, un expert du Center for Advanced Defense Studies, un groupe de recherche américain composé d’anciens militaires.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les mêmes doutent existent autour de photos publiées sur Telegram qui montrent des soldats maliens entraînés par des miliciens se revendiquant du groupe Wagner. La scène aurait pu être jouée par des soldats centrafricains, là où Wagner est bien implanté, et où les miliciens ont fait ériger des statues à leur gloire.

Enfin, la propagande russe trouve aussi de puissants relais maliens au sein des mouvements opposés à l’ancienne puissance coloniale. Des influenceurs anti-Barkhane, comme “Ben Le Cerveau”, 50 mille abonnés sur Twitter, relaient les informations de la machine Wagner, et appellent une intervention russe de leurs souhaits.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Erratum : une précédente version affirmait que "Ben le Cerveau" avait publié les photos de statues en République Centrafricaine, ce qui est faux,  

Références

L'équipe

Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Max Schneider
Collaboration