.
. ©Getty - C.J. Burton
. ©Getty - C.J. Burton
. ©Getty - C.J. Burton
Publicité

Que reste-t-il de la proposition parlementaire de réguler l'empreinte environnementale du numérique, alors que le Conseil constitutionnel a censuré un article mandatant l'Arcep de ce rôle ?

Arrêtez de cliquer, ça pollue !

Les technologies digitales rejettent près de 4 % des émissions globales de CO2, c’est deux fois les émissions du secteur aérien civil. Et cela ne risque pas de s’arranger, parce que 90 % de la data mondiale, les données numériques, ont été créés depuis 2 ans. Vous avez encore le moral ? Alors j’en remets une couche : Tous les deux jours, nous stockons plus de données numériques qu’entre le début de l’humanité et 2003. Les datacenters, qui stockent nos données, consomment à eux seuls 10% de l’électricité en France, dont une grande partie sert à refroidir les serveurs informatiques.

Du point de vue du consommateur, les réseaux sociaux et le streaming vidéo représentent la majeure partie de ces données consommées dans le monde. Et pour le coup, ce sont les 15-24 ans qui nous mettent dedans. Médiamétrie a calculé qu’entre octobre 2019 et octobre 2020, les digital natives, la génération qui a grandi avec Internet, passent 2h et 12 minutes sur les réseaux et messageries chaque jour, par opposition à l’ensemble des Français qui eux passent 45 minutes par jour sur les réseaux et messageries. 

Publicité

Les 5 réseaux dont l’empreinte carbone est la plus forte, à l’échelle mondiale cette fois, sont  TikTok, Reddit, Pinterest, Snapchat et Instagram. On voit bien le poids de la consommation des Américains : Reddit et Pinterest y sont beaucoup plus consommés qu’en Europe. Résultat, les consciences évoluent. 

Favoriser la sobriété des usages et des codes informatiques

En France, l’Assemblée nationale a adopté début novembre la proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique. La loi veut par exemple interdire les forfaits mobiles à données illimitées ou encore interdire le lancement automatique de vidéos, l'autoplay, pour limiter les consommations d’énergie inutiles…

Un axe est en encore en friche : agir sur le code informatique pour l’alléger. Comme le raconte Numérama, il y a 2 ans, un texte écrit par un développeur allemand critiquait une certaine flemmardise du monde informatique à alléger le code, parce que les ordinateurs, les smartphones et les tablettes sont de plus en plus puissants et peuvent compenser ces pesanteurs grâce à une capacité de traitement accrue.

“Windows 95 pesait 30 Mo. Aujourd’hui, on a des pages web plus lourdes que ça !" dénonçait le développeur avant de poursuivre, “Windows 10 pèse 4 Go, ce qui est 133 fois plus lourd. Est-ce qu’il en est 133 fois supérieur pour autant ?”

59 min

L'équipe

Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Max Schneider
Collaboration
Mydia Portis-Guérin
Réalisation