.
. ©Getty - Donald Iain Smith
. ©Getty - Donald Iain Smith
. ©Getty - Donald Iain Smith
Publicité

Depuis le Règlement Général de la Protection des Données (RGPD), les vivants ont leur droit à l'oubli. Qu'en est-il des morts ? Comment les réseaux sociaux gèrent-ils la mort numérique ?

Cette nuit je me suis adonnée à mon passe-temps fétiche : arpenter les cimetières sous la lune, et je l’ai fait depuis mon canapé. La pluie et le Covid aidant, j’ai développé un nouvel art de la paresse. C’est ainsi que je me suis promenée dans les cimetières virtuels qui parsèment le web, je veux parler des réseaux sociaux.

Facebook, pionnier des réseaux, pionnier des tombeaux

Il en va des réseaux comme des tombes ou des canapés, on en trouve pour tous les goûts. Alors j’ai commencé ma déambulation sur Facebook, pionnier des réseaux, pionnier des tombeaux. Dans 50 ans, on y comptera plus de morts que de vivants, selon les calculs d’Oxford : comme Facebook est un réseau de quadragénaires, on peut considérer sans trop de risque qu’ils seront morts en 2100 ; la bascule démographique se ressentira en ligne dès 2070. Si Facebook existe encore, bien évidemment, et si nous existons encore, mais ça dépendra de la Cop 26... 

Publicité

Revenons à mes activités nocturnes : j’ai vagabondé de compte de commémoration en compte de commémoration, j’ai scrollé dans les sections hommage, j’ai versé une larme sur les photos de jeunesse et finalement j’ai trouvé qu’on s’ennuyait. Trop institutionnel comme cérémonial, trop modéré, dénué de tout contenu haineux, on sent que ce sont les proches qui ont la main sur les pages des défunts… Alors, je suis partie sur Reddit.  

58 min

L’ambiance y est excellente ! Vous n’êtes pas encore mort que l'on vous tresse déjà des couronnes : sur Reddit, on vous décore ante-mortem du prix Herman Cain, du nom d'un camarade de Trump, mort de la Covid pour s’en être allé aux meetings démasqué. Rassurez-vous, on n’est pas rosse et la gloire n’est pas chère, plus besoin de mourir vraiment pour concourir au Cain Award : il suffit de communiquer votre opposition au vaccin et aux gestes barrières - ce que l’on ne saurait faire sur une antenne publique - et d’être admis à l'hôpital avec la Covid, quitte à saturer nos établissements de santé….  

Je ne voudrais pas paraître cynique : j'ai l’âme sensible comme une adolescente, c’est juste que j’aime dialoguer... avec les morts. Alors j’ai fini sur TikTok, à faire des vidéos spiritistes sous la mention "deceased loved ones”, ou “nos chers disparus “, j’ai fait tourner les tables et remporté 150 millions de vues ! 

L'équipe

Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Max Schneider
Collaboration
Mydia Portis-Guérin
Réalisation