Meta : Facebook Inc. change de nom

.
. ©AFP - NOAH BERGER
. ©AFP - NOAH BERGER
. ©AFP - NOAH BERGER
Publicité

"Meta", c'est le nouveau nom de Facebook Inc., la maison-mère du réseau social de même nom. Comment expliquer ce changement de nom, alors que l'entreprise est dans la tourmente ?

La firme américaine s’appelle désormais Meta, "au-delà", en grec ancien, et arbore un nouveau logo, qui évoque lui le symbole infini. Il est bleu aussi, la couleur que le patron de Meta Mark Zuckerberg, un daltonien, voit le mieux. Ainsi les plateformes Facebook et Instagram, les messageries WhatsApp et Messenger appartiennent désormais à Meta, mais leurs noms resteront identiques. 

Le "métavers" au cœur des questions 

Dans sa présentation, Mark Zuckerberg a très peu fait allusion à l’énorme crise que traverse Facebook, ce qui n’a pas échappé aux commentateurs. “N’oubliez pas que lorsque Philip Morris a changé de nom en 2001 pour s’appeler Altria, l'entreprise fabriquait toujours des cigarettes provoquant le cancer”, a tweeté L'avocat américain Mark Elias. L’annonce du changement de nom a été faite hier soir, au terme d'une heure et demie de présentation du "metaverse", "métavers" en français pour méta-univers, un concept issu de la littérature de science-fiction.

Publicité

Selon Zuckerberg, le métavers représente l'avenir de l'internet, et remplacera peu à peu les ordinateurs et téléphones portables. Le public pourra y interagir, travailler ou se divertir via des supports comme les lunettes de réalité augmentée ou les casques de réalité virtuelle. Grâce au métavers, on pourra voir la construction du forum de Rome il y a 2 000 ans, a argué un responsable de Facebook hier soir pour mettre en valeur l’aspect éducatif du métavers. Sauf que personne ne sait qui y fera la police, comme s’inquiète une journaliste du New York Times.

De son côté, le monde financier reste dubitatif. L’annonce du changement de nom a provoqué un vague enthousiasme sur le cours de l’action Facebook. Une question demeure : qu'est-ce que le modèle économique du métavers ? Jusqu'ici, Facebook, qui a annoncé 25 milliards d’euros de revenus pour le troisième trimestre, dépend à 98 % de la publicité. Cela signifie-t-il que le métavers ne sera qu’une nouvelle dimension pour tenter de vendre des produits aux utilisateurs ? Le métavers ne deviendrait alors qu'un autre moyen pour monétiser les données des mêmes utilisateurs. Réponse d’ici quelques années, oui, seulement. Dans cinq ou dix ans, le métavers deviendra totalement courant - c'est en tout cas ce que promet le patron de Meta.

L'équipe