Volodomir Zelensky s'exprime en t-shirt kaki, le 2 mars 2022
Volodomir Zelensky s'exprime en t-shirt kaki, le 2 mars 2022 ©AFP - UKRAINE PRESIDENCY
Volodomir Zelensky s'exprime en t-shirt kaki, le 2 mars 2022 ©AFP - UKRAINE PRESIDENCY
Volodomir Zelensky s'exprime en t-shirt kaki, le 2 mars 2022 ©AFP - UKRAINE PRESIDENCY
Publicité

Porté en héros sur les réseaux sociaux, le président Ukrainien Volodymyr Zelenski jouit d'une image forte et convaincante. Le gouvernement ukrainien n'a pas hésité à demander l'aide des GAFAM pour lutter contre la Russie de Vladimir Poutine.

En s’adressant à ses concitoyens sur Instagram ou aux dirigeants européens via Facebook, le président ukrainien Volodymir Zelensky a pour l’instant gagné la bataille de la communication contre Vladimir Poutine qui effraie une partie du monde.

Fedorov et la Sillicon Valley

Surtout, son équipe a convaincu les géants californiens de la technologie de l’écouter et de suivre les requêtes des autorités ukrainiennes. Dès que les premiers missiles se sont abattus sur son pays, Mykailo Fedorov, vice-premier ministre ukrainien et ministre de la transition numérique a commencé à faire pression sur les grands patrons américains.

Publicité

Première cible de Fedorov : Tim Cook, le PDG d'Apple. D’un tweet, Fedorov interpelle Cook sur Twitter en évoquant les Russes : “Ils tuent nos enfants, maintenant détruisez leurs accès aux Apple store." En coulisse, Fedorov mobilise la communauté ukrainienne de la Silicon Valley et les régulateurs numériques d’autres pays pour faire pression sur les big tech.

Et ça marche. En quelques jours, Fedorov obtient que la marque à la pomme ferme ses Apple stores sur le sol russe et désactive Apple Pay. Google ferme Google Maps en Ukraine qui donnait aux troupes russes des informations beaucoup trop précieuses.

Elon Musk offre Starlink

Samedi 5 mars, Fedorov tweete cette fois à destination d'Elon Musk: “pendant que vous essayez de colonisez Mars, les Russes tentent d’occuper l’Ukraine”, écrit Fedorov demandant du même coup de l'aide technique à Musk. Lundi 7 mars, Fedorov, remercie Elon Musk toujours sur Twitter. Starlink, le système d’internet par satellite de Tesla et qui permet aux ukrainiens de rester en ligne, venait d’arriver à Kiyv.

Mykhaïlo Fedorov ne s’est pas arrêté là. Dimanche 6 mars il remerciait le patron de Facebook Europe de restreindre l’accès des médias russes d’État à la plateforme mondiale. Mais Fedorov insista, arguant qu’il n’y avait pas de place pour les criminels de guerre dans le métavers. Et demanda à YouTube d’imiter Facebook dans le bannissement des médias russes d’État comme RT ou Sputnik. Ce que la filiale de Google fit quasiment instantanément.

Ultime et essentiel combat. Mykailo Fedorov et son adjoint Alex Bornyakov demandent aux grandes plateformes numériques de fermer leurs services en Russie. Jusqu’ici, Facebook et Google refusent. "Nous pensons qu'il est essentiel, tant que cela peut continuer, que les Russes ordinaires puissent utiliser nos services pour s'exprimer, s'organiser, protester et tendre la main à leur famille et à leurs amis dans la communauté au sens large,” a déclaré Nick Clegg le patron de Facebook Europe.

Mais le ministre ukrainien et son adjoint insistent. Leur but est de retourner l'opinion mondiale et celle du peuple russe contre Poutine et son gouvernement.

"Il faut que le monde des affaires russe et les Russes ordinaires ressentent ce que nous ressentons", déclare Bornyakov. "Si tout va bien en Russie, les gens ne se poseront pas de questions. Mais quand les grandes plateformes et l'ensemble du monde civil commenceront à agir, ce sera pour elles un signal que les actions de leur gouvernement sont inacceptables”.

32 min

L'équipe

Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Mydia Portis-Guérin
Réalisation