. ©AFP - John MACDOUGALL
. ©AFP - John MACDOUGALL
. ©AFP - John MACDOUGALL
Publicité
Résumé

Les réseaux sociaux ont contribué aux dynamiques de l'élection législative allemande. Réseaux sociaux, juste reflet d'une campagne à haute personnalisation ou miroir déformant ?

En savoir plus

En Allemagne, 31 % de la population s’informe majoritairement à travers les réseaux sociaux (contre 38 % en France), selon le Reuters Institute Digital News Report. Et la Cour constitutionnelle en est bien consciente : elle a validé mardi dernier la clôture de la page Facebook Der Dritte Weg - la 3ème voie - un microparti néonazi qui avait fait une campagne d’affichage autour du slogan “pendez les Verts.” Facebook a également fermé 150 comptes associés au mouvement Querdenker (littéralement ceux qui pensent de travers). Les Querdenker sont le pendant allemand des antivax et des complotistes. La haine en ligne apparaît incontournable dans cette première campagne électorale sur les réseaux sociaux. Le Spiegel a dénombré 35 000 tweets haineux à l’encontre des 3 principaux candidats, et selon L’ONG allemande HateAid, c’est la candidate écologiste Annalena Baerbock qui est la plus souvent ciblée . Sur les 100 posts les plus lus sur FB où Baerbock est citée, 18 contiennent de fausses informations ou du complotisme, contre 3 publications sur 100 pour le social-démocrate Olaf Scholz et zéro pour le conservateur Armin Laschet.

En Allemagne comme ailleurs, les contenus polarisants génèrent le plus d’interaction. Le parti d’extreme-droite, l’AfD ou Alternative für Deutschland, mal-aimée des médias traditionnels, domine la course aux likes et aux commentaires sur Facebook . C'est l’inverse des intentions de vote données par les sondages! Les vidéos d’Alice Weidel, candidate de l’AfD pour les élections législatives, ont ainsi généré 4,9 millions de vues sur les réseaux sociaux entre le 1er juillet et le 15 août, contre seulement 320.000 vues sur la même durée pour le conservateur Armin Laschet.

Publicité

Mais attention, les réseaux sociaux fréquentés plutôt par les plus jeunes ne donnent pas la clef des résultats électoraux dans un pays à la population vieillissante. Cette année, les +60 ans représentent 38 % des personnes avec droit de vote. En Allemagne, ce sont également les plus vieux qui s’abstiennent le moins .

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Max Schneider
Collaboration