Manuel Valls ©AFP - Ludovic MARIN
Manuel Valls ©AFP - Ludovic MARIN
Manuel Valls ©AFP - Ludovic MARIN
Publicité
Résumé

"Adieu Twitter" a posté Manuel Valls dimanche. Éliminé dès le premier tour par les français de l'étranger, l'ancien premier-ministre socialiste "Je prends acte des résultats, ma candidature n'a pas plus..." écrit-il. Sur les réseaux, les réactions se multiplient.

En savoir plus

Twitter a perdu un de ses boucs émissaires avant hier. Manuel Valls, candidat de la Macronie dans la circonscription des Français habitant en Espagne et au Portugal, a été éliminé dès le premier tour. L'ancien Premier ministre socialiste a reconnu sa défaite dans un message publié sur Twitter : "je prends acte des résultats. Ma candidature n'a pas convaincu. Adieu Twitter", a-t-il ajouté avant de fermer son compte d'un million d'abonnés.

Depuis, Twitter ne cesse de revenir sur ce départ. La photo du panneau de sortie du village de Valls en Catalogne, un panneau barrée de rouge, a été l'une des photos les plus partagées sur le réseau social hier. "Il y a des nouvelles comme ça qui font plaisir," s'est réjouie la présidente du groupe LFI à l'Assemblée.

Publicité

"La gauche est en effet irréconciliable avec le néolibéralisme, le macronisme, le 49.3 et la trahison", a aussi expliqué de son côté Éric Piolle, le maire écologiste de Grenoble. Même tempo pour l'humoriste Guillaume Meurice qui poste, lui, la couverture d'une biographie, "Manuel Valls, les secrets d'un destin" assorti d'un "vend livre très peu servi."

Le cinéaste Robert Guédiguian y est aussi allé de son tweet : "Nous sommes enfin débarrassés de Valls. Belle journée." Une photo aussi a beaucoup tourné. Peut être un montage ou on voit l'ex premier ministre trinquer avec la reine d'Angleterre et une intervention prêtée à Manuel Valls. "Magnifique jubilé aux fêtes pour votre succession, vous cherchez quelqu'un?"

Enfin, un troisième groupe de commentaires de commentateurs qui se détachent des journalistes ou des observateurs privilégiés de la vie politique. Comme, le journaliste Redouane Tella qui écrit Par exemple "Manuel Valls a supprimé son compte Twitter. C'est hyper rare pour un homme politique et ça en dit long sur son mal être. Peut être le signe qu'il est temps d'arrêter les vannes. Je sais, c'est tentant. Mais se déchaîner sur un homme à terre, c'est toujours malsain."

Et puis, même préoccupation de la part de la journaliste Marion Van Renthergem, qui a expliqué "que l'on partage ou non ses idées, quand on lit la médiocrité des recrutements et des ricanements au sujet de Manuel Valls, on le comprend." Des tweets aimés des milliers de fois.

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Elisa Verbeke
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée