Snapchat
Snapchat
Snapchat ©AFP - JUSTIN SULLIVAN
Snapchat ©AFP - JUSTIN SULLIVAN
Snapchat ©AFP - JUSTIN SULLIVAN
Publicité
Résumé

Le groupe Snap, la maison mère du réseau social Snapchat, l'application de partage de photos et de vidéos s'est écroulé le 24 mai à la fermeture de Wall Street. Le titre a perdu près de 43 % en une seule séance.

En savoir plus

Les investisseurs se sont défaussé de leurs titres Snap : la société a indiqué que son chiffre d'affaires et son résultat du deuxième trimestre seraient vraisemblablement inférieurs aux bas de la fourchette initialement annoncée.

Résultat, Snap a entraîné avec lui tous les acteurs d'Internet, dont le modèle s'appuie sur la publicité comme Meta (-7%), Alphabet (-5%), Pinterest (-23%) et Twitter (-5,5%). C'est un nouveau signe que la fête est finie sur les marchés. D'abord pour des raisons macroéconomiques, comme l'explique le patron de Snap dans une note envoyée hier matin aux employés de la société : "la hausse de l'inflation, la remontée des taux d'intérêt, mais aussi les problèmes d'approvisionnement, la pénurie de main d'oeuvre et enfin la guerre en Ukraine constituent un cocktail explosif d'impression que l'économie rétrograde pour les entreprises qui dépendent du marché de la publicité."

Publicité

Snapchat doit aussi faire face à des difficultés qui sont liées à son environnement. Exemple la politique de protection des données privées d'Apple mise en place il y a un an. Désormais, les utilisateurs d'iPhone doivent donner leur consentement explicite pour autoriser les applications à suivre leurs données. Or, cette mesure, qui protège les consommateurs, limite les possibilités de ciblage publicitaire des applications, comme le rappelle Le Figaro ce matin.

En octobre dernier, Evan Spiegel, le patron de Snapchat, avait reconnu que ce changement avait bouleversé l'industrie de la publicité en ligne. En effet, tous les outils qui permettaient jusque là de mesurer l'efficacité des campagnes publicitaires sont devenus totalement inefficaces. Il faut en construire d'autres ce qui prend du temps.

La chut de Snap confirme donc que des vents contraires soufflent bien sur les grosses entreprises de technologie. Snap est la première entreprise lourdement touchée en bourse parce qu'elle ne recueille que deux du marché publicitaire, mais des difficultés pourrait survenir pour les autres entreprises du secteur, qui désormais freinent les embauches et réduisent leurs frais.

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Elisa Verbeke
Collaboration